La réaction de ce garçon pendant le combat de lutte de sa sœur a surpris tout le monde

Cassandra de Carvalho

LE BON LIEN - Quand un frère dit qu'on ne doit pas toucher à sa soeur, il faut le prendre au pied de la lettre. La preuve ce lundi 11 décembre, un jeune garçon est venu à la rescousse de sa soeur pendant son match de lutte à l'école élémentaire de Columbia City dans l'Indiana.

Alors que le match se déroule normalement, le frère de Ruby, assis dans les gradins, regarde sa soeur combattre Ryan, un petit garçon de cinq ans. Seulement, tout ne se passe pas comme prévu: le petit garçon âgé de deux ans pense que sa soeur se fait violemment attaquer par son adversaire.

Fou de rage, l'enfant se lève et court immédiatement en direction de sa soeur pour l'extirper des bras de Ryan. L'action, surréaliste et inattendue, en a surpris plus d'un dans le gymnase. Ruby la première.

Par miracle, et sans forcément s'inquiéter pour le sort de son fils, le père du jeune Ryan a filmé la scène. Plus tard dans la semaine, c'est la mère du garçon, Tory, qui partage cette vidéo sur son compte Facebook. Interrogée par Le HuffPost ce mercredi 13 décembre, elle dit avoir loupé le match mais l'affirme: "Quand j'ai vu la vidéo, j'ai immédiatement su qu'il fallait la partager".

Devenue virale avec des centaines de partages sur Facebook, la vidéo a été relayée par de nombreux médias. Au HuffPost, Tory l'a avoué: "J'ai trouvé ça très mignon. Le gymnase tout entier ne comprenait pas ce qu'il se passait. Je n'ai que des garçons mais si j'avais eu une fille, j'aurais voulu que son frère la protège de cette façon". Comme quoi, avoir un grand frère a ses avantages.

Lire aussi :

Cette petite fille n'est pas près de recevoir ses cadeaux de noël

Il est accepté à Harvard à 16 ans et forcément, il est content

Oui, oui, le pilote de cet avion a bien dessiné un sapin de noël dans le ciel

Pour suivre les dernières actualités du Bon Lien, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post