La réaction délirante de Jean-Marie Le Pen au lancement de campagne de sa fille

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
La réaction délirante de Jean-Marie Le Pen au lancement de campagne de sa fille
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Jean-Marie Le Pen
    Jean-Marie Le Pen
    Homme politique français
  • Marine Le Pen
    Marine Le Pen
    Femme politique française

FRONT NATIONAL - Il faut parler allemand ou avoir de quoi traduire à ses côtés pour comprendre. Mais une fois retranscris en français, le message adressé par Jean-Marie Le Pen à sa fille Marine est très clair: "pas de rose sans épine", a tweeté le toujours président d'honneur du FN.

Ce message est posté quelques heures après que la candidate à la présidentielle a révélé son nouveau logo. Celui-ci ne mentionne pas son nom de famille et fait figurer une rose bleue.

Contacté par Le HuffPost pour savoir le sens qu'il fallait donner à un message écrit en allemand alors que le dicton est entré dans le langage courant, l'eurodéputé de 88 ans a eu une réaction pour le moins étonnante. Délirante même. "C'est Adolf Hitler qui me l'a soufflé", lance Jean-Marie Le Pen dans un sourire qui semble communicatif. A l'autre bout du téléphone, les rires sont en effet nombreux pour réagir à ce "bon mot" douteux, qui n'est pas sans rappeler celui qu'il avait déjà fait après l'attentat contre Charlie Hebdo.

Et quand on lui demande de répondre plus sérieusement, voici la réponse. "Les choses vont sans dire, on n'explique pas l'humour", élude Jean-Marie Le Pen. Et que pense-t-il de l'absence du nom Le Pen sur le logo de campagne qui se contente d'un "Marine Présidente"? "Marine Le Pen n'a pas besoin de nom de famille. C'est une fille qui a été trouvée", ose-t-il, là encore avec un sourire qui en dit long.

Surtout que ce jeudi, la guerre judiciaire père-fille va connaître un nouvel épisode. Le tribunal de grande instance de Nanterre dira si son exclusion du Front national est légale ou si l'ancien patron de l'extrême droite française doit être pleinement réintégré.

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles