Réacteur d’un Boeing 777 en feu : “Ça aurait pu être un moteur présent sur un Airbus” explique un ancien aviateur militaire

franceinfo
·2 min de lecture

"C'est l'avionneur qui ramasse, qui est visible, parce que c'est le nom Boeing. Mais en réalité, c'est le motoriste qui a un problème”, a expliqué l’ancien aviateur Xavier Tytelman, après que Boeing a décidé d’immobiliser 128 avions en raison d’un incident de vol sur l’un d’entre eux.

franceinfo : Peut-on dire que Boeing traverse une crise sans précédent ? On est au-delà de la série noire, non ?

C'est surtout qu'il n'a pas de chance. Parce qu'en l'occurrence, sur ce dernier évènement, ce n'est pas sa faute. C'est l'avionneur qui ramasse, qui est visible, parce que c'est le nom Boeing. Mais en réalité, c'est le motoriste qui a un problème. On est sur un Pratt & Whitney. Ça aurait pu être un moteur présent sur un Airbus également. Il n'y a pas de problème avec les Boeing 777 sur la marque General Electrics, par exemple, ceux qui équipent Air France. Donc la couverture médiatique, la série noire, est visiblement sur l'avionneur Boeing, alors qu'en réalité, ce n'est pas lui qui est en faute dans ce dernier événement. Il y a différents cas, les uns après les autres : sur le 737 Max notamment, on en a beaucoup parlé. Là, évidemment, il y a des erreurs qui ont été commises lors de la conception de l'avion. Elles sont maintenant réparées et les autres ne sont pas imputables à Boeing. Malheureusement, c'est quand même eux qui sont sous le feu des projecteurs.

C’est la faute à pas de chance alors ?

Il se trouve que là, c'est réellement la faute à pas de chance parce que ce motoriste (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi