De la rééducation au sport de haut niveau : un laboratoire français très spécial

Stevica Mrdja / Science Photo Library via AFP

Le chercheur, isolé dans son laboratoire ? Pas à Dijon ! Dans une unité unique en son genre, des experts de la science du mouvement transposent leurs découvertes pour améliorer la rééducation des patients, mais aussi des performances de sportifs de haut niveau.

A Dijon, un laboratoire Inserm unique en son genre, étudie le mouvement. Associé à un centre hospitalier et un centre sportif, il applique directement ses trouvailles scientifiques au terrain de la rééducation comme celui de la performance des athlètes.

Rééduquer le mouvement

Après seulement cinq heures d’exercice - par séances de 30 minutes-, je pouvais à nouveau monter et descendre les escaliers !”, témoigne Danielle, 71 ans. Un vrai miracle, alors que sa jambe droite s’atrophiait progressivement, sans qu’aucun traitement connu ne puisse freiner la progression de son mystérieux mal. L’exercice en question, c’est l’utilisation d’un rameur d’apparence classique, connecté à un dispositif d’électro-stimulation fonctionnelle au moyen d’électrodes placées sur le muscle en difficulté. Cette technologie envoie des stimulations soigneusement calibrées de façon à activer le muscle sans qu'il soit besoin de commande de la part du cerveau. “Sans stimulation, elle pourrait faire le même mouvement, mais avec moins de force et de fluidité. En trois mois, Danielle a gagné 50% d’épaisseur musculaire sur sa jambe affectée !”, explique le chercheur Maël Descollonges, en charge du projet dans une unité de recherche de l’Inserm très particulière nommée “Cognition, Action et Plasticité Sensorimotrice" (CAPS). Au-delà d’améliorer sa force musculaire, la méthode permet également de travailler la plasticité cérébrale et spinale, explique le neuroscientifique Charalambos Papaxanthis, directeur du laboratoire.

Située à Dijon à l’Université de Bourgogne, cette unité de recherche est “unique au monde”, affirme le Franco-grec. Spécialisé dans l’étude du mouvement, le laboratoire est adossé à un centre de sport de haut niveau (CEP, Centre d’Etude de la Performance) et au CHU de Dijon. “Nous utilisons nos découvertes de recherche fondamentale pour améliorer les techniques de rééducation des patients, mais aussi à l’autre bout du spectre pour augmenter la performance des sportifs de haut nive[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles