Les règles de calcul des APL qui s’appliquent dès janvier, coup de gueule contre les frais de transfert des produits d’épargne... Le flash éco du jour

L’info pratique Capital. Que cette réforme aura été dure à mettre en place… Un temps planifiée en janvier, puis en avril 2019, avant d’être renvoyée au dernier trimestre de la même année, puis au 1er janvier 2020… La réforme du mode de calcul des APL a finalement été repoussée au 1er avril 2020. Le ministre du Logement a confirmé ce décalage la semaine dernière, évoquant des problèmes techniques. Un décret d’application publié le mardi 31 décembre 2019 est venu l’officialiser. Concrètement, que change ce nouveau report pour la perception de vos aides ? Pas grand chose, à en croire le site de la CAF, puisqu’elles continueront de vous être versées dans les conditions actuelles. Ce n’est donc que le 5 mai prochain que vous percevrez la fameuse “APL en temps réel”, recalculée sur la base de vos ressources des 12 derniers mois.

Le coup de gueule du jour est de nouveau poussé par l’UFC-Que Choisir, contre les banques. Dans une étude publiée le 2 janvier, l’association de défense des consommateurs relève que les Français sont encore peu nombreux à changer d’établissement... et ce malgré la mise en place, dans le cadre de la “loi Macron”, du dispositif d’aide à la mobilité bancaire, depuis février 2017. Principal frein : le transfert onéreux et compliqué - voire impossible - des produits d’épargne, non-concernés par le mandat de mobilité. Pour exemple, le transfert d’un plan épargne logement ou d’un compte épargne logement vers une nouvelle banque coûte en moyenne 73 euros… Pour un plan d’épargne en actions ? Jusqu’à 140 euros ! L’UFC-Que Choisir appelle désormais les pouvoirs publics à étendre le mandat de mobilité bancaire à l’ensemble des produits d’épargne.

Le chiffre du jour : 21,90 euros. C’est, selon une note publiée le 2 janvier par Natixis, ce qu’aurait rapporté chaque euro cotisé dans un système de retraite par capitalisation, contre 1,93 euro en répartition. Selon la filiale d’investissement du groupe BPCE, si la France avait fait le choix du 100% capitalisation pour

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Barbouzes, malle et masque chirurgical... Carlos Ghosn s'expliquera le 8 janvier sur sa fuite rocambolesque
Casino suspend son projet d'hypermarché 100% automatisé
La belle ponctualité des avions Air France, la colère du Japon contre Carlos Ghosn... Le flash éco du jour
Immobilier : ville par ville, ce que vous pouvez acheter à budget identique
Savoie : près de 1.000 touristes hébergés en urgence après l'annulation de leurs vols