Règlement de compte en Corse : la passe d’armes se poursuit aux assises

Eric Pelletier

Ambiance chaotique aux assises d’Aix-en-Provence au procès d’une triple tentative d’assassinat en Corse. En 2011, une enfant de 10 ans avait été grièvement blessée.


L’essentiel est invisible pour les yeux… En observant ce lundi les débats à la cour d’assises d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), on se dit d’emblée qu’il sera bien difficile de faire émerger toute la vérité, rien que la vérité. Il faut reconnaître que l’on juge avec les moyens du bord une affaire hors norme : une triple tentative d’assassinat commise à Ajaccio (Corse-du-Sud) à l’automne 2011, dans laquelle une gamine de 10 ans a failli perdre la vie.

Le 8 novembre de cette année-là, un ex-nationaliste reconverti dans la sécurité privée, Yves Manunta, est pris pour cible par deux, voire trois, tireurs postés sur le parking de sa résidence. À son côté, sa femme est très sérieusement touchée. À l’arrière, leur fille de dix ans, Carla Serena, a le bras lacéré par deux balles de Kalachnikov lâchées à moins de 5 mètres. Les victimes sont vivantes. Les jurés, très concentrés, conservent une vision indélébile de cette horreur après avoir vu ce gros plan d’une touffe de cheveux de l’enfant, fichée dans le montant de la portière.


-

Marc et Dume Pantalacci, jumeaux, sont tous les deux sur le banc des accusés./DR

Les accusés sont là, impassibles. Marc et Dominique Pantalacci, deux frères de la bourgeoise ajaccienne, comparaissent libres après leur acquittement lors du premier procès en 2016. Un procès âpre, sourd où l’on s’est rendu coup pour coup et qui a laissé des traces. Les victimes, les Manunta, et les accusés, les frères Pantalacci, étaient amis. Ces derniers protestent de leur innocence.

Les victimes, sonnées par le premier verdict, absentes

Il y a quelques jours encore, Marc Pantalacci, 26 ans, soignait son image de chef d’entreprise annonçant la reprise de l’entreprise familiale de mareyage et son intention de « sortir des codes de la poissonnerie traditionnelle ». Coquillages, crustacés mais pas (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Fillettes retrouvées mortes dans une caserne : la mère en garde à vue
Les disparus de Mirepoix ont-ils été victimes d’un piège mortel ?
Procès des djihadistes de Strasbourg : «Je voulais combattre en Syrie»
Nord : une personne retrouvée morte près de l’A 16, «probablement un migrant»
Loire : nouvelle évasion à la prison de La Talaudière