Quotidien (TMC) : l’équipe de Grégory (Netflix) revient sur les propos sexistes de l’ancien policier sur Christine Villemin (VIDEO)

Depuis le 20 novembre dernier, Netflix propose à ses abonnés la série-documentaire Grégory. En 1984, le corps de Grégory Villemin, 4 ans, est retrouvé dans la Vologne. Cette tragédie, suivie par la France entière et avec de nombreux rebondissements, n'a toujours pas été résolue après plus de trente ans d'enquête. La série-documentaire mêlera documents d'archives et témoignages sur l'historique de cette affaire.

Gilles Marchand et Elodie Polo-Ackerman, réalisateur et producteur de Grégory étaient les invités de Quotidien mardi 3 décembre. "Il y a un fond sexiste que l'on découvre" explique Yann Barthès, avant de diffuser un extrait où l'ex-commissaire Jacques Corazzi explique, selon lui, la vision que le juge d'instruction Jean-Michel Lambert avait de Christine Villemin, mère de Grégory : "Lambert il était... je vais dire amoureux, mais c'est pas le mot, de Christine Villemin. Il avait la fascination de l'assassin. Il était fasciné par la mère, bien sûr, mais il était fasciné par les assassins (...) et donc quand il voit la mère, je dis pas que c'est elle qui a assassiné, mais il a une fascination. En plus c'est une femme, qui est agréable, disons le mot, excitante. Il a eu, comme tout le monde, je suppose, quelque chose pour elle".