Quinze présidents PS de département veulent ouvrir le RSA aux jeunes

·2 min de lecture
Plus du tiers des personnes éligibles au RSA n'en font pas la demande. - Philippe Huguen / AFP
Plus du tiers des personnes éligibles au RSA n'en font pas la demande. - Philippe Huguen / AFP

Quinze présidents PS de conseils départementaux ainsi que la maire PS de Paris Anne Hidalgo réclament lundi le droit d'ouvrir le RSA aux jeunes de 18 à 25 ans et d'expérimenter un revenu de base.

Dans une tribune publiée sur le site du Monde, ils refusent "que les jeunes demeurent l'angle mort de ce gouvernement" et réclament "une reconnaissance pleine et entière de la citoyenneté sociale des jeunes", frappés de plein fouet par les conséquences économiques et sociales de l'épidémie de Covid-19.

Dans ce contexte, "nous réaffirmons notre volonté d'ouvrir le RSA aux jeunes de 18-25 ans et d'expérimenter un revenu de base", poursuivent les signataires, membres du Parti socialiste, qui défend depuis plusieurs mois cette idée d'un RSA Jeunes.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Les départements "en première ligne pour limiter la casse sociale"

Outre Anne Hidalgo, ont signé les présidents des conseils départementaux du Lot-et-Garonne, des Landes, de la Gironde, de la Dordogne, de la Haute-Vienne, des Pyrénées-Orientales, de la Haute-Garonne, de l'Ariège, de l'Hérault, de la Lozère, de l'Aude, de la Loire-Atlantique, du Finistère, de la Nièvre et de la Seine-Saint-Denis.

"Assurance-maladie, revenu minimum, revenu de solidarité... Aujourd'hui, nous demandons au gouvernement d'être fidèle à notre histoire sociale et de nous laisser expérimenter sur nos territoires des solutions nouvelles pour accompagner nos concitoyens", insistent-ils en l'appelant à leur "faire confiance".

Et de rappeler que "les départements sont, par leur action, en première ligne pour limiter la casse sociale et accompagner au mieux nos concitoyens les plus vulnérables".

Cette tribune intervient alors que le projet de loi 4D (différenciation, décentralisation, déconcentration et décomplexification) sur la décentralisation, adopté mi-mai par le Conseil des ministres, donne la possibilité aux départements qui le souhaitent de confier à l'Etat la gestion du RSA, qui pèse fortement sur leurs budgets. Les élections départementales ont lieu les 20 et 27 juin, en même temps que les régionales.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles