"Qu'ils confinent Paris" : à Nice, un sentiment d'injustice face à l'Île-de-France

·1 min de lecture

Le gouvernement continue à opter pour le statu quo. Le conseil de défense sanitaire qui s'est tenu mercredi matin n'a pas donné lieu à de nouveaux confinements locaux, alors même que les chiffres de suivi de l'épidémie de Covid-19 continuent de grimper dans certaines régions. C'est notamment le cas de l'Île-de-France, où le seuil critique a été atteint en réanimation, avec plus de 1.000 patients. Des "évacuations sanitaires" sont d’ailleurs prévues dans les prochains jours. Cette situation suscite l’incompréhension, notamment dans les zones placées en confinement les week-ends.

"Il y en a marre"

Ainsi, les habitants du littoral des Alpes-Maritimes, qui ont appris ce mercredi qu'ils allaient devoir rester confinés au moins un week-end supplémentaire, dénoncent un deux poids-deux mesures, quand bien même les particularités territoriales de l'Île-de-France explique cette différence.

"Il y a la capitale et le reste de la France. Ça devient un peu fatigant", déplore un Niçois interrogé par Europe 1. Dans les rues de la cité azuréenne, on ne cache pas sa lassitude après des semaines sans autre horizon que le travail. "Qu’ils confinent Paris ! Maintenant, il y en a marre", s’agace une autre riveraine. "À part bosser, on n'a pas le droit d'avoir autre chose", renchérit-elle.

>>Retrouvez Votre grand journal du soir en replay et en podcast ici

Un brassage quotidien de la population difficile à contenir

Plusieurs raisons avancées par le gouvernement expliquent l'absence de nouvelle...


Lire la suite sur Europe1