«Qu'il(s) retourne(nt) en Afrique» : un dérapage raciste à l'Assemblée nationale ?

© Jacques Witt/SIPA

La présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet a mis fin à la séance de questions au gouvernement jeudi, après une interpellation raciste dans l'hémicycle qui a provoqué l'indignation des députés.

À lire aussi Incident jugé raciste à l'Assemblée : Macron «heurté» par des «mots intolérables»

Lors d'une intervention du député LFI Carlos Martens Bilongo, noir, sur le «drame de l'immigration clandestine», un parlementaire non identifié a lancé dans l'hémicycle «qu'ils retournent en Afrique» ou «qu'il retourne en Afrique».

Après quelques minutes de confusion, la présidente de l'Assemblée a mis fin à la séance «compte tenu de la gravité des faits» et de «l'émotion légitime» dans l'hémicycle.

Des élus de gauche et de la majorité ont attribué l'interpellation au député RN Grégoire de Fournas, député de Gironde. Ce dernier s'est défendu de tout racisme, affirmant sur BFMTV ne pas avoir visé le député LFI. «C'est le bateau (il) qui doit retourner en Afrique», a-t-il expliqué. Il n'a pas présenté d'excuses.

À lire aussi Coups, caquetage, invectives... les incidents les plus houleux à l'Assemblée nationale


Lire la suite sur ParisMatch