"Qu'il laisse Marine tranquille": Zemmour fâche le Rassemblement national

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Eric Zemmour le 22 avril 2021 à Paris - JOEL SAGET © 2019 AFP
Eric Zemmour le 22 avril 2021 à Paris - JOEL SAGET © 2019 AFP

Alors que la candidature pour l'élection présidentielle de 2022 du polémiste n'est pas déclarée, Éric Zemmour multiplie les sorties et les petites phrases. Invité d'une université dans le Vaucluse ce samedi, il n'a pas manqué d'étriller la droite, ainsi que le Rassemblement national (RN), s'attirant les foudres du parti de Marine Le Pen.

Crédité de 7% d'intentions de vote d'après un sondage publié ce vendredi, Éric Zemmour affirme pourtant avoir "envie" d'unir les droites. "Je m'évertue à le faire depuis des années (...) Quand je présente mes livres, il y a des gens du Rassemblement national, de LR", a-t-il assuré aux journalistes présents.

D'après lui, dans le paysage politique, "tout est un peu confus", à l'image de la primaire de la droite, dont on ne sait "même pas si elle aura lieu". "J'ai l'impression qu'ils ne veulent pas de moi", a-t-il ajouté.

"L'échec aux régionales a été un très mauvais coup pour elle"

En ce qui concerne la présidente du Rassemblement national, pour Éric Zemmour, la présidentielle est perdue d'avance. "Marine Le Pen a un socle très solide mais elle a déjà perdu cinq points dans les sondages: elle était à 26%, elle n'est plus qu'à 21. Je pense que l'échec aux régionales a été un très mauvais coup pour elle. Tout le monde a compris au RN qu'elle ne gagnerait jamais, c'est tout, c'est clair", a glissé le polémiste.

La réaction du parti d'extrême-droite ne s'est pas fait attendre. Quelques heures plus tard, l'un de ses fidèles soutiens, Louis Aliot, maire RN de Perpignan, a dénoncé sur notre antenne "des propos de tribune".

"C'est un propos inutile parce qu'on est pas dans le même combat. Le Rassemblement national et Marine (Le Pen, NDLR) portent un message de gouvernement. En 2022, il faudra gagner, il faudra évincer Macron, il faudra gagner sur un programme qui rassemble une majorité de Français. Je pense qu'Éric Zemmour, lui, a un message de mise en garde et ça n'est pas du tout la même chose. Vous pouvez être interessé par ce que dit Éric Zemmour dans ses émissions, ses bouquins, et y être tout à fait insensible lorsqu'il serait, peut-être, candidat à l'élection présidentielle", a fustigé l'édile.

Et d'ajouter: "je ne suis pas là pour le critiquer, je demande simplement qu'il laisse Marine tranquille. On s'occupera de ce qu'on a à faire pour la présidentielle, avec un programme, une candidate qui est aujourd'hui en tête des sondages. Il faut écarter cette division dans la même famille politique au sens large".

En attendant une éventuelle officialisation de sa candidature, les soutiens d'Éric Zemmour affirment avoir recueilli "une centaine" de promesses de parrainages d'élus pour 2022. Pour briguer l'Élysée, un candidat nécessite de recueillir 500 signatures.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles