Ce qu'il faut savoir sur la méthode "zéro Covid", adoptée avec succès par la Nouvelle-Zélande

·1 min de lecture

Eradiquer le virus plutôt que "vivre avec". Les chiffres sont éloquents. Selon l'Organisation mondiale de la Santé, la Nouvelle-Zélande ne déplore que 1.980 cas et 26 morts depuis l'apparition du Covid-19, soit 0,54 mort pour 100.000 habitants. L'Australie voisine enregistre 28.900 cas et 909 décès (3,56 morts pour 100.000 habitants). A contrario, le coronavirus a coûté la vie à 81.393 personnes en France, soit 124,7 morts pour 100.000 habitants. Autres pays modèles : le Vietnam, avec ses 2.271 cas et 35 morts, ou encore Singapour, avec 59.809 contaminations et 29 décès (respectivement 0,04 et 0,5 mort pour 100.000 habitants). Leur point commun? Tous revendiquent la stratégie du "zéro Covid".

Dans ces pays, les gouvernements cherchent à ne jamais laisser circuler le virus, même à des taux de contamination très faibles, avec pour objectifs de sauver un maximum de vies et de retrouver une vie normale. Une approche très différente de celle qu'ont adopté l'Europe et les Etats-Unis. En France, l'exécutif a rapidement fait valoir qu'il fallait "vivre avec le virus" plutôt que de chercher à l'éradiquer et "aplatir la courbe" plutôt que l'écraser. Cette seconde démarche vise à contenir les contaminations sous un seuil qui n'entraîne pas d'engorgement des hôpitaux. Elle nécessite d'adapter en permanence les restrictions sanitaires, façon "stop and go", en attendant un traitement ou une vaccination complète de la population.

La méthode : frapper vite et fort. Concrètement, en quoi con...


Lire la suite sur LeJDD