Ce qu'il faut retenir des résultats du second tour des législatives

Majorité relative pour le parti présidentiel, poussée de la Nupes, percée de l'extrême droite, gouvernement promis au remaniement... Retrouvez ici ce qu'il faut retenir du second tour des élections législatives.

Pour le camp d'Emmanuel Macron, la victoire a un goût de défaite. La coalition Ensemble! est arrivée en tête, dimanche 19 juin, selon les résultats officiels du second tour des élections législatives publiés lundi par le ministère de l'Intérieur, mais très loin de la majorité absolue.

La France avance dans l'inconnu après un scrutin aux allures de séisme, avec le camp présidentiel qui perd la majorité absolue, la forte percée de la gauche unie et le score historique du Rassemblement national.

Ces résultats du second tour, inédits sous la Ve République, posent clairement la question de la capacité d'Emmanuel Macron à pouvoir gouverner et faire voter les réformes promises, notamment celle des retraites.

Deux mois après sa réélection, le chef de l'État, qui avait exhorté plusieurs fois les Français à lui donner "une majorité forte et claire", n'a pas été entendu. Voici ce qu'il faut retenir du scrutin.

>> À lire aussi : Législatives : une gifle pour Macron, Nupes réussit son pari, le RN fait un score historique

  • Pas de majorité absolue pour le parti présidentiel

La coalition macroniste Ensemble! (Renaissance, MoDem, Agir et Horizons) a largement perdu la majorité absolue de 289 sièges à l'Assemblée nationale à l'issue du second tour, un scénario inédit qui va contraindre le gouvernement à des compromis. Elle obtient 245 députés.

Elle est ainsi loin de son objectif, contrairement à 2017, quand elle avait obtenu la haute main sur le palais Bourbon pendant cinq ans. Le camp Macron est désormais pris en étau entre deux groupes puissants qui ont clairement affirmé leur opposition.

  • La Nupes devient la première force d'opposition

La coalition de gauche Nupes, emmenée par Jean-Luc Mélenchon, arrive en deuxième position. Le groupe issu de l'accord entre La France insoumise, le Parti socialiste, le Parti communiste et les écologistes, obtient 131 sièges.

La gauche unie devient la première force d'opposition. Jean-Luc Mélenchon s'est félicité de la "déroute totale" du parti présidentiel en annonçant que la Nupes allait "mettre le meilleur" d'elle-même "dans le combat" parlementaire.

  • Percée historique de l'extrême droite

Le Rassemblement national (RN) a quant à lui réussi une percée historique en obtenant un important groupe de 89 députés.

Il n'avait jamais été en mesure jusqu'alors de constituer un groupe à l'Assemblée nationale, à l'exception de celui obtenu en 1986 à la faveur d'une élection à la proportionnelle (35 députés).

La cheffe de file du parti, Marine Le Pen, s'est félicitée d'avoir à l'Assemblée le groupe "de loin le plus nombreux de l'histoire de notre famille politique", qui assurera une "opposition ferme" mais "respectueuse des institutions".

"Le peuple français a décidé d'envoyer un très puissant groupe parlementaire de députés du Rassemblement national à l'Assemblée nationale, qui devient ainsi un peu plus nationale, ce groupe sera de loin le plus nombreux de l'histoire de notre famille politique", a-t-elle souligné, elle-même réélue dans le Pas-de-Calais.

Le président par intérim du RN, Jordan Bardella, a quant à lui salué un "tsunami" pour son parti.

  • La droite en net recul mais en position de force

Les Républicains (LR), qui représentaient la deuxième force dans l'Assemblée sortante, obtiennent 61 sièges, un net recul. Leur position sera centrale dans l'Assemblée puisque le camp présidentiel aura besoin de voix pour atteindre la majorité absolue.

Le maire LR de Meaux, Jean-François Copé, a appelé dimanche à un "pacte de gouvernement" avec Emmanuel Macron, estimant qu'"il appartient à la droite républicaine de sauver le pays". Mais Christian Jacob, le président du parti, a assuré que sa formation resterait "dans l'opposition" et Éric Ciotti a déclaré qu'il ne pensait pas pouvoir être "la roue de secours d'un macronisme en déroute".

  • L'abstention en hausse, mais pas de nouveau record

Comme pour le premier tour, plus d'un électeur sur deux a boudé les urnes lors du second tour des législatives, marqué par une abstention encore en hausse, entre 53,5 % et 54 %, même si le record de 2017 (57,36 %) n'est pas battu.

L'abstention atteint néanmoins son deuxième plus haut niveau pour ce scrutin, en hausse de plus d'un point par rapport au premier tour (52,49 %), selon les estimations de cinq instituts de sondage.

  • Bruno Le Maire appelle au dialogue et au compromis

Le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a lancé un appel "au sens des responsabilités de chacun" afin que l'Assemblée nationale ne soit pas ingouvernable.

"J'appelle au sens des responsabilités de chacun, il faut éviter le blocage", a-t-il déclaré sur France 2, appelant à "dialoguer", "écouter", "prendre en considération" les idées "des hommes et des femmes qui se retrouvent dans le projet du président de la République".

  • La Première ministre, Élisabeth Borne, élue dans le Calvados

La cheffe du gouvernement a été élue députée du Calvados avec 52,46 % des voix face à un candidat Nupes-LFI âgé de 22 ans.

Élisabeth Borne se soumettait pour la première fois au verdict des urnes au cœur du bocage normand, dans la sixième circonscription du Calvados. En 2017, le sortant LREM Alain Tourret y avait été réélu avec 68,34 % des voix face à un candidat Front national.

Est-elle pour autant sur la sellette ? Personne, dans la majorité, n'imaginait son départ avant dimanche soir, tant la symbolique d'une cheffe du gouvernement débarquée à peine un mois après sa nomination semblait désastreuse auprès de l'opinion.

  • Le gouvernement promis à un remaniement

Au vu des résultats, le gouvernement Borne, formé le 20 mai dernier, semble déjà promis à un remaniement. Certains de ses membres, candidats malheureux aux législatives, sont démissionnaires d'office selon une règle tacite imposée par l'Élysée. C'est notamment le cas de la ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon, et de la secrétaire d'État chargée de la Mer, Justine Bénin, toutes deux battues.

Le président sortant de l'Assemblée, Richard Ferrand, est aussi battu, tout comme Christophe Castaner, le président sortant du groupe LREM ou l'ancienne ministre Bérangère Abba.

Les membres du gouvernement Olivier Dussopt, Damien Abad, Marc Fesneau, Gérald Darmanin et Franck Riester ont en revanche été réélus députés.

>> À lire aussi : Élections législatives : résultats en dents de scie pour les proches d'Emmanuel Macron

Avec AFP et Reuters

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles