Ce qu'il faut retenir du premier débat présidentiel

Le premier débat organisé ce lundi soir entre les principaux candidats à la présidentielle a été marqué par plusieurs moments de tensions, notamment autour de la laïcité, et quand les "affaires" s'y sont invitées. 

> Les participants ont critiqué l'absence de six candidats

Dès les premières minutes du débat, plusieurs participants ont regretté que les onze candidats n'aient pas été tous conviés. "Nous sommes 11 candidats, il y en a cinq ici, cela pose une question démocratique", a affirmé en préambule François Fillon. Une opinion partagée par Emmanuel Macron et Marine Le Pen. "Je partage les propos qui ont été tenus pour les autres candidats absents de ce débat", a ensuite affirmé le candidat d'En Marche. Marine Le Pen a quant à elle jugé que la chaîne "s'honorerait à organiser un débat dans les mêmes conditions" pour ces autres candidats à l'élection présidentielle. 

> "Je n'ai pas besoin de ventriloque": Macron répond à Le Pen sur le burkini

Lors de la première partie du débat, la question de la laïcité et du burkini ont donné lieu à de vifs échanges, en particulier entre Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Marine Le Pen a accusé son adversaire d'En Marche! d'être favorable au burkini, tandis que celui-ci lui a reproché d'utiliser cette question pour diviser les Français. 

"Il y a quelques années il n’y avait pas de burkini sur les plages, je sais que vous être pour Monsieur Macron", a lancé la présidente du Front national. "Madame Le Pen, vous serez gentille, je ne vous fais pas parler, je n’ai pas besoin d’un ventriloque, je vous assure, tout va...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages