Ce qu'il faut retenir de la confrontation entre Didier Raoult et l'Ordre des médecins

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Il était l'espoir de nombreux Français. Le professeur Didier Raoult est accusé par la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins d'entorse au code de déontologie pour avoir fait la promotion de l'hydroxychloroquine au tout de début de la lutte contre le Covid-19. L'audience s'est déroulée à la Cour administrative d'appel de Bordeaux, devant laquelle se sont réunis de nombreux manifestants venus soutenir et applaudir l'infectiologue de 69 ans. En arrivant en début de matinée, vêtu d'un pull vert, le professeur a gardé le silence, se contentant d'un signe de tête envers ses soutiens.

>> Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici

Le "procès de la réussite" pour l'accusé

Durant près de trois heures, Didier Raoult a longuement répondu aux questions de huit médecins et un magistrat administratif. Il a expliqué, il s'est défendu face notamment aux accusations rappelées par les avocats du Conseil de l'Ordre. Il est reproché au praticien marseillais d'avoir fait la promotion de la chloroquine pour traiter le Covid-19, "sans données scientifiques établies", ce qui s'apparente à du "charlatanisme", d'avoir pris des "risques inconsidérés" en soignant des patients avec ce traitement "non éprouvé par la science" et d'avoir "manqué à son devoir de confraternité" envers d'autres médecins, a détaillé la rapporteure de la chambre disciplinaire.

L'un des avocats du Conseil de l'Ordre a estimé qu'à bien des égards, "le professeur Raoult s'affranchit du lot commun de la loi et qu'...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles