Le Quidditch va changer de nom pour s'éloigner de J.K. Rowling

·2 min de lecture

Le sport, né de l'univers "Harry Potter" mais désormais bien réel, ne veut plus être associé aux propos transphobes de l'autrice de la saga.

SPORT - Le Quidditch veut une bonne gorgée de Polynectar. Le vrai sport, tiré de la saga Harry Potter où il se joue dans les airs sur un balai, veut se transformer pour ne plus être associé à J.K. Rowling.

L’autrice, qui a imaginé le sport ultra-populaire dans son univers magique, n’est plus la bienvenue sur les terrains depuis ses prises de position “anti-trans”, expliquent les ligues U.S. Quidditch et Major League Quidditch dans un communiqué commun. 

“Notre sport s’est créé la réputation d’être l’un des plus progressistes du monde sur l’égalité de genre et l’inclusivité”, expliquent ces organisations mettant en avant le fait qu’il est notamment interdit pour une équipe, composée de sept joueurs, d’avoir plus de quatre membres du même genre.

“Pour nos deux organisations, il semble impératif d’être à la hauteur de cette réputation à tous les niveaux et nous pensons que cela est un pas dans la bonne direction” alors que J.K. Rowling “a été de plus en plus pointée du doigt pour ses positions anti-trans ces dernières années”. 

Des équipes dans le monde entier

Se débarrasser de l’appellation Quidditch pourrait aussi grandement aider à monétiser le sport. Pour des questions de copyright avec les studios de la Warner, qui détiennent les droits de l’univers Harry Potter, quasiment impossible pour le moment de négocier des partenariats ou des diffusions à la télévision de ce sport.

Adapté de la saga, le sport a vu le jour dans le monde réel en 2005 et observe des règles similaires aux livres et films. Deux équipes de sept joueurs sur balais s’affrontent sur un terrain ovale avec à chaque bout trois anneaux à des hauteurs différentes en guise de buts. Pour remporter un match, il faut marquer le maximum de point ou attraper le vif d’or.

Le sport est particulièrement populaire aux États-Unis dans des universités comme Berkeley ou UCLA et des équipes existent désormais dans plusieurs pays dont l’Australie, le Royaume-Uni ou encore la France. 

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - 7 secrets à connaître sur Harry Potter

undefinedundefined

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles