Rodéos urbains, envahissement de terrain... Qui sont les "Daltons" ?

·5 min de lecture
Les "Daltons" envahissent le terrain lors du match de football entre l'Olympique Lyonnais et le Sparta Prague, le 4 novembre 2021.

Revêtus du costume des bagnards qui sévissent dans la bande dessinée Lucky Luke, un collectif de rappeurs fait parler de lui pour ses incivilités depuis plusieurs semaines à Lyon.

Les "Daltons" ne font plus rire personne. Si le rôle des bagnards dans la bande dessinée Lucky Luke prêtait à sourire, celui endossé par un collectif de rappeurs qui se fait appeler "les Daltons" commence à agacer les autorités lyonnaises.

Vêtus du même costume que les personnages de la bande dessinée, ces "Daltons" se distinguent par leurs incivilités depuis plusieurs semaines, relayées via leur compte Instagram. Dernière facétie en date, jeudi 4 novembre, sur la pelouse du stade de l'Olympique Lyonnais. Deux hommes habillés en "Daltons" font irruption sur le terrain, entraînant l'interruption du match pendant plusieurs minutes et exposant potentiellement l'OL à des sanctions. Le club a déposé plainte "comme après chaque incident", a indiqué à l'AFP Xavier Pierrot, le directeur général adjoint de l'OL.

Adeptes des rodéos urbains

Interpellés, les deux hommes ont été placés en garde à vue. Un coup d'éclat qui est la suite d'une série débutée il y a plusieurs mois, dans les rues de Lyon. Le collectif se fait connaître en publiant un clip tourné l'hiver dernier dans les rues du 8e arrondissement dans lequel les "Daltons" simulent l'exécution de Lucky Luke, chargé de faire régner l'ordre dans la bande dessinée de Morris.

Dans le clip, armes et drogues sont exhibées lors d'un rodéo urbain, et conduisent à l'arrestation d'un homme cet été. Connu de la justice pour 15 condamnations, donc sept pour trafic de stupéfiants ou quatre pour conduite sans permis, il est condamné à neuf mois ferme.

Un "Dalton" se filme depuis la prison

"Vous pensez que ça va nous arrêter ? … soyez prêt pour la suite !", publient les "Daltons" sur leurs réseaux sociaux, en réaction à la condamnation. Mi-septembre, le collectif de rappeurs sort un nouveau clip avec les mêmes ingrédients que dans le précédent : armes, drogues et rodéo urbain. En prime, l'un des leurs, incarcéré après le premier clip, se filme depuis sa cellule. Une provocation supplémentaire qui n'est pas du goût des autorités, le préfet du Rhône saisit alors le procureur de la République.

Depuis, les "Daltons" multiplient les vidéos sur les réseaux sociaux, se filmant à plus de 200 km/h ou en plein rodéo urbain dans les rue de la ville. Le 17 octobre, une quarantaine de "Daltons" sont en direct sur Instagram lors d'un rodéo urbain en motocross, place Bellecour à Lyon, suscitant la colère des autorités locales.

Les arrestations se multiplient

Une provocation de trop pour les autorités, qui tentent de mettre un terme à leurs agissements. Le 23 octobre, les "Daltons" annoncent sur leurs réseaux un prochain rodéo à venir. Les forces de l'ordre sont au rendez-vous et interpellent trois d'entre eux, qui seront jugés le 26 novembre.

Symbole de l'ampleur du phénomène, le ministre de l'Intérieur se fend alors d'un tweet pour saluer l'interpellation d'un des "Daltons". 

"On va continuer à les faire tourner en bourrique"

"On n’est pas des révolutionnaires. On n’a rien contre les flics, ce n’est pas un combat contre eux", explique l'un d'eux au Figaro. "Ça nous fait marrer quand ils veulent nous choper sur la route. On a toujours été habitués à ça. Et puis ça plaît aux gens", explique-t-il. Les autorités mettent les moyens. Début novembre, un hélicoptère est notamment mobilisé lors d'un rodéo afin de suivre les motards. Deux motos, signalées volées, ont été saisies par les enquêteurs.

Malgré les multiples arrestations, "on va continuer à les faire tourner en bourrique, c’est certain", poursuit l'un des "Daltons". Le 3 novembre, un jeune de 19 ans a été condamné à huit mois avec sursis par le tribunal correctionnel de Lyon pour le rodéo de la place Bellecour. 

Sa peine a été assortie d’un sursis probatoire pendant une durée de deux ans, avec obligation de travailler, obligation de suivre un stage de sensibilisation à la sécurité routière, et une interdiction de conduire des motos.

Les "Daltons ", en passe de devenir un symbole ?

Deux autres des rappeurs du collectif sont sous les verrous: l'un a écopé de neuf mois ferme pour des rodéos en marge du tournage d'un clip, un autre est en détention préventive avant un procès prévu fin novembre pour une action menée le 23 octobre qui s'était soldée par une trentaine d'interpellations.

"Pour nous, les rodéos urbains, y a rien de mal. Certes des gens se plaignent mais nous on prend que du plaisir", assurait un des "Daltons" à Lyon.mag, site d'information d'un mensuel lyonnais. Malgré plusieurs arrestations, les "Daltons" ne disparaissent pas de la scène. Les autorités craignent que le déguisement devienne un symbole et n'attire de nouveaux individus au fur et à mesure des actions relayées. 

Une mode qui a gagné l'ancien basketteur Tony Parker. Le président du club de l'ASVEL Lyon-Villeurbanne s'est en effet affiché déguisé en Dalton avant une rencontre, suscitant la polémique.

"Bienvenue chez les Daltons. Rodéos le week-end prochain si t’es chaud", lui a répondu le collectif sur Instagram.

VIDÉO - Paris : Ils empêchent un scooter de rouler sur une piste cyclable (Vidéo)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles