Qui est Sofiane Rasmouk, l'auteur de la prise d'otages à la prison de Condé-sur-Sarthe ?

·4 min de lecture
Ce mardi 5 octobre 2021, Sofiane Rasmouk, 33 ans, a agressé et pris en otage deux surveillants pénitentiaires de la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne).

Ce mardi 5 octobre, une prise d'otage a eu lieu à la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne). Sofiane Rasmouk a agressé et retenu en otages deux surveillants avant de les relâcher. Qui est cet homme de 33 ans condamné à la réclusion criminelle à perpétuité ?

Une prise d'otages s'est déroulée ce mardi 5 octobre à la prison de haute-sécurité de Condé-sur-Sarthe, dans l'Orne. Aux alentours de 10h15, un détenu a enfermé deux surveillants dans sa cellule après avoir subtilisé leurs clés et talkies-walkies. À l'aide d'une lame artisanale, le preneur d'otage a blessé à l'œil l'un des deux agents après les avoir menacés avec cette arme blanche. La prise d'otages s'est terminée vers 14 heures, après des négociations avec le personnel pénitentiaire, les équipes régionales d'intervention et de sécurité (ERIS) de Rennes et le RAID, alors qu'une première surveillante avait été libérée, indemne mais sous le choc, vers midi.

"Surnommé le violeur de Colombes"

L'auteur des faits est Sofiane Rasmouk, né en 1987, condamné à perpétuité avec 22 ans de sureté en appel en 2017 pour viol et tentative de meurtre. Il est surnommé "le violeur de Colombes" pour des faits qui remontent au 7 août 2013, alors qu'il bénéficiait à l'époque d'un régime de semi liberté. Ce jour-là, il agresse une première femme de 34 ans devant son hall d'immeuble, tente de la violer puis la frappe à coups de poing et coups de pied jusqu'à détruire une partie de son cerveau, avant de la laisser pour morte et complètement défigurée.

Après cette première agression qui laissera la victime handicapée à vie, il s'en prend quelques minutes plus tard à une seconde jeune femme âgée de 22 ans qu'il agresse et viole entre deux voitures. Il lui tape la tête contre le bitume, lui explosant les dents, avant de lui extorquer sous la contrainte sa carte bleue. C'est donc pour ces faits qu'il a été jugé en première instance puis en appel avant d'être condamné à la perpétuité assorti d'une période de sûreté de 22 ans de sûreté.

"Atteint de psychopathie grave"

"Atteint de psychopathie grave" selon les experts, Sofiane Rasmouk a un lourd casier judiciaire avec une première incarcération datant du mois d'octobre 2006. Avant ces deux agressions qui lui ont valu la prison à perpétuité, il a fait l'objet de 23 condamnations pour vols, trafic de stupéfiants, outrages ou dégradations et une autre pour agression sexuelle. 

Il est arrivé il y a un mois à la prison de Condé-sur-Sarthe, réputée pour être la prison la plus sécurisée et la plus stricte de France, en provenance du centre pénitentiaire de Fleury-Mérogis (Essonne) où il était à l'isolement pour des faits de violence et de discipline. Il avait déjà été condamné à des agressions sur des surveillants pénitentiaires à la prison de Bois d'Arcy (Yvelines), notamment pour avoir lancé un plateau repas dans le visage d'un surveillant avant de tenter de l'attaquer à l'arme blanche, selon les informations de BFM TV.

Le témoignage glaçant de son ancien avocat

Interrogé par Ouest-France, Me Francis Terquem, avocat commis d'office pour assurer la défense de Sofiane Rasmouk dans le passé se souvient "de quelqu'un d’extrêmement violent" et le décrit comme "un taureau, un bœuf, un monstre de muscles, aussi large que haut". Dès le plus jeune âge, le détenu se faisait remarquer pour des faits d'agressions : "la première fois qu'il a agressé sexuellement une petite fille, il avait 5 ans. Il a ensuite été viré de toutes les écoles et tout le monde s'est renvoyé la patate chaude", affirme-t-il. 

Moyennement surpris par ce nouvel acte de violence, Me Terquem décrit un homme "incapable de contrôler ses frustrations", avant d'ajouter : "Il m'est arrivé de me retrouver seul une fois ou deux avec lui. Non, je n'étais pas tranquille. Ce type peut vous tuer d'un coup de poing."

VIDÉO - Rennes : À la prison pour femmes, détenues et surveillantes rament ensemble

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles