Qui est Sofiane Hambli, le baron de la drogue français arrêté au Maroc après 7 mois de cavale ?

·3 min de lecture
Le trafiquant de drogue français de 46 ans était recherché depuis 7 mois par Interpol. (Capture d'écran / INTERPOL)

Le baron de la drogue Sophiane Hambli a été arrêté dans un clinique à Tanger (Maroc) après avoir été agressé "au sabre ou à la machette". Qui est cet homme considéré comme l'un des plus gros trafiquants de drogue français ?

Après 7 mois de cavale, Sophiane Hambli a finalement été arrêté. Mis en examen en novembre 2020 dans une affaire de trafic de stupéfiants, l'homme de 46 ans avait été libéré au mois de mars dernier et placé sous contrôle judiciaire. Une décision qui avait été contestée, à juste titre, en raison du risque élevé de fuite de l'individu. 7 mois plus tard, il a été a arrêté dans une clinique au Maroc après avoir été violemment agressé "au sabre ou à la machette" dans les rues de la ville, probablement suite à un règlement de compte. L'homme s'était présenté à la clinique sous de faux papiers allemands "avec une plaie de 20 centimètres à la joue".

L'ennemi juré du "Roi du shit"

Surnommé "la Chimère", Sofiane Hambli est connu pour être un personnage central dans le scandale de l'importation de 7 tonnes de cannabis en France en 2015. Il avait collaboré avec François Thierry, patron de l'Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Ocrtis) à l'époque, pour faire tomber Moufide Bouchibi, son ennemi juré surnommé "le Roi du shit". L'opération finira par échouer et coutera sa place à François Thierry après la saisie de 7 tonnes de cannabis par les Douanes à Paris en octobre 2015 et Hambli sera quant à lui interpellé. 

Sa rivalité avec Moufide Bouchibi date de 2008, lorsque les deux trafiquants décident de s'associer en Espagne. Un association de très courte durée puisque "Bouchibi était convaincu qu'Hambli était responsable de l'arrestation de plusieurs de ses équipes", indique un bon connaisseur du dossier au Parisien. Lorsque "la Chimère" tombe en Espagne 2009, son ex-associé prend la main sur le trafic, ce qui lui déplait fortement. S'en suit une série de représailles avec notamment l'enlèvement par des hommes armés de Bouchibi au Maroc, qui finira libéré contre plusieurs centaines de milliers d'euros après avoir été torturé.

De nombreuses années de cavale

En novembre 2020, le natif de Mulhouse est soupçonné par la justice française d'avoir perçu 2,5 millions d'euros pour organiser l'importation de 4 tonnes de cannabis entre le Maroc et la Seine Saint-Denis. Une somme d'argent qu'il aurait par ailleurs empochée sans même livrer le produit à son complice francilien qui aurait prévu de se venger, toujours selon les informations du Parisien. Placé en détention en novembre 2020 puis libéré sous contrôle judiciaire en mars, le trafiquant de drogue a par la suite disparu et Interpol avait émis un mandat d'arrêt international à son encontre à la demande des autorités françaises.

"La Chimère" n'en était pas à sa première cavale puisqu'il avait été interpellé en 2004, en Espagne, après son évasion en 2003 de la prison de Metz lors d'un trajet à l'hôpital. Il était à l'époque condamné à 5 ans de prison pour avoir dirigé un vaste trafic européen de cannabis en provenance du Maroc alors qu'il était âgé d'à peine plus de 20 ans. De même que lors de son arrestation en 2009 en Espagne, il était recherché car il avait été condamné par un tribunal français à 18 ans de prison.

Entre toutes ses années de cavale et de détention, Sophiane Hambli a enchaîné les aller-retours entre la France, le Maroc et l'Espagne. Après cette nouvelle arrestation dans la clinique de Tanger, "dès qu'il sera rétabli, on ira le chercher", a indiqué une source proche du dossier côté français.

VIDÉO - La "plus grande plantation de cannabis d'Europe" découverte en Espagne

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles