Qui est Michel Fourniret, l'homme mis en examen dans l'affaire Estelle Mouzin ?

Michel Fourniret, surnommé "l'ogre des Ardennes", doit être entendu par une juge pour s'expliquer sur son alibi contredit par son ex-femme concernant l'affaire Estelle Mouzin.

Michel Fourniret a été entendu et mis en examen pour enlèvement et séquestration suivis de mort ce mercredi dans le cadre de la disparition d'Estelle Mouzin. Mais qui est cet homme surnommé “l’ogre des Ardennes” ?

Le 9 janvier 2003, Estelle Mouzin, une fillette alors âgée de 9 ans, disparaît à Guermantes, en Seine-et-Marne, sur le chemin du retour de l’école. Si les policiers pensent dans un premier temps à une fugue, une information judiciaire pour enlèvement et séquestration est rapidement ouverte par le parquet de Meaux et des moyens sans précédent sont mis en place pour retrouver la fillette. L’affaire connaît une couverture médiatique très importante en France.

La piste Michel Fourniret

Quelques mois plus tard, en juin 2003, Michel Fourniret est arrêté par la police belge pour avoir tenté d’enlever Marie-Ascension, une jeune fille de 13 ans, près de Namur en Belgique. L’homme était déjà bien connu des services de police pour des faits similaires puisqu’il avait été condamné à de la prison avec sursis en 1967 pour agressions sur mineures. Il est par la suite condamné pour des faits de voyeurisme et de violence et est incarcéré en 1984 pour une dizaine d'agressions et viols sur mineurs et est condamné à sept ans de prison dont deux avec sursis en 1987. En prison, grâce à une petite annonce qu’il a publiée dans un journal, il rencontre Monique Olivier, séparée de son mari et âgée de 38 ans, qui lui rend régulièrement visite lors de son incarcération et avec qui il parle de ses projets d'enlèvements de jeunes filles. Fin 1987, grâce à des remises de peine et aux trois ans de détention provisoire effectués avant le procès il est libéré et s’installe avec Monique Olivier, avec qui il se marie deux ans plus tard.

D’autres victimes, des aveux et la perpétuité

Le couple a commis de nombreux meurtres entre 1987 et 1990, ainsi qu’entre 2000 et 2003. C’est en tout cas ce qu’ils ont déclaré à la police depuis 2004. Des meurtres entachés de viols pour la plupart d’entre eux, qui concernent des victimes de sexe féminin, écolières ou étudiantes, âgées de 12 à 22 ans, excepté Farida Hamiche, 31 ans, compagne de l’ancien compagnon de cellule de Michel Fourniret, qu’il a tuée après avoir récupéré un trésor lié au gang des postiches avec cette dernière. En 2008, le couple est condamné à la perpétuité, incompressible pour lui, accompagnée d'une mesure de sûreté de 28 ans pour elle. Michel Fourniret a été reconnu coupable du meurtre aggravé de sept jeunes filles, Monique Olivier a quant à elle été reconnue coupable de complicité dans plusieurs de ces meurtres. Malgré leurs incarcérations et leur divorce par consentement mutuel en 2010, le couple continue son “jeu criminel” selon Jean-Luc Ployé, expert psychologique du couple Michel Fourniret - Monique Olivier, qui a dressé un portait psychologique glaçant de Michel Fourniret au micro d’Europe 1.

Des indices qui mènent à Estelle Mouzin

Le tueur en série “le plus abouti de France”, selon les experts, a été entendu sur la disparition d’Estelle Mouzin à l’été 2003, soit quelques semaines après son arrestation et environ 6 mois après la disparition de la jeune fille. L’homme, qui est jugé comme “un grand manipulateur” par Jean-Luc Ployé, a toujours nié son implication dans la disparition de la fillette de 9 ans, donnant comme alibi un appel téléphonique passé de Belgique, à son fils, le soir de l’enlèvement en Seine-et-Marne. Si une cassette vidéo avec un enregistrement d'un reportage télévisé sur la disparition d’Estelle Mouzin et des photos de la fillette ont été retrouvées sur son ordinateur, rien ne permet à la police de l’impliquer dans cette affaire. Il y a également un portrait-robot lui ressemblant qui a été établi à partir des déclarations d’une fille de l’école d’Estelle Mouzin, importunée peu avant les faits. Malgré quelques éléments troublants, Fourniret est innocenté en 2013. Mais en mars 2018, Michel Fourniret a fait des “aveux en creux” sur l'affaire Estelle Mouzin, a indiqué Corinne Herrmann, l'un des avocats du père de la fillette, à Franceinfo.

Son alibi contredit par son ex-femme

De plus, la semaine dernière, Monique Olivier, sa désormais ex-femme suite à un divorce par consentement mutuel en 2010, affirme que son ex-mari a menti en contredisant son alibi. Lors d’une audition de près de trois heures, elle “a indiqué qu'elle avait passé un appel au fils de Michel Fourniret le 9 janvier 2003, à la demande de Michel Fourniret”, a déclaré son avocat, Me Richard Delgenes, lors de l'audition, comme le relate le JDD. Des déclarations “à prendre avec précaution”, comme l’a déclaré Jean-Marc Bloch, ancien directeur du service régional de la PJ de Versailles, sur Franceinfo.

Après toutes ces informations, le tueur en série a été entendu et mis en examen pour enlèvement et séquestration suivis de mort, ce mercredi, par la juge en charge de l'enquête sur la disparition d'Estelle Mouzin, ce qui signifie qu’il y a des indices graves le concernant. C’est la première fois qu’une personne est mise en examen dans l’affaire de la disparition de la fillette, après presque 17 ans de mystère.

Ce contenu peut également vous intéresser :