Qui est le général de Villiers, pour qui 20% des Français se disent prêts à voter en 2022

Maxime Poul
·3 min de lecture
Chef d'État-Major des armées à partir de 2014, le général Pierre de Villiers avait beaucoup fait parler de lui lors de sa démission en juillet 2017.
Chef d'État-Major des armées à partir de 2014, le général Pierre de Villiers avait beaucoup fait parler de lui lors de sa démission en juillet 2017.

Selon un sondage Ifop, un Français sur cinq serait prêt à voter pour le général Pierre de Villiers lors de l’élection présidentielle 2022. Qui est ce militaire de 64 ans au caractère bien trempé ?

Selon un sondage Ifop réalisé pour l’hebdomadaire français Valeurs actuelles, 20% des Français se disent “prêts” à voter pour le général Pierre de Villiers pour l’élection présidentielle 2022, si ce dernier venait à se présenter car il n’a pas encore officialisé sa candidature.

Pierre de Villiers est connu pour avoir été le chef d’État-Major des Armées et pour avoir démissionné de ce poste à l’été 2017, à la suite d’un désaccord avec Emmanuel Macron concernant le budget alloué à l’institution. “Je ne vais pas me faire baiser”, avait-il déclaré devant la commission de la Défense à l’Assemblée, selon certains participants. Le militaire le plus haut gradé de France avait critiqué publiquement la position du nouveau chef de l’État qui n’avait pas hésité à rétorquer “je suis votre chef”, puis quelques jours plus tard : “Si quelque chose m’oppose au chef d’État-Major, le chef d’État-Major change”. Il n’en faut pas plus à ce dernier pour présenter sa démission dans les jours qui suivent. Une première sous la Ve République.

Un CV étoffé

Connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, Pierre de Villiers est entré à l’École Spéciale Militaire de Saint Cyr en 1975 à l’âge de 19 ans et choisit à l’issue de sa scolarité de servir dans l’Arme Blindée Cavalerie. Au fil des ans, il obtient ses grades et passe différents brevets.

En 2004, il est nommé adjoint au chef de cabinet militaire du Premier ministre, puis devient général de brigade en 2005. Entre décembre 2006 et avril 2007, il commande le Regional Command Capital en Afghanistan et dirige 2 500 soldats provenant de 15 pays différents. Chef du cabinet militaire du Premier ministre François Fillon en 2008, il devient major général des Armées en 2010 avant de prendre les fonctions de chef d’État-Major des Armées le 15 février 2014 où il est notamment chargé des attaques contre l’État islamique après les attentats de 2015.

“Réparer la France”

Suite à cette brouille avec Macron et sa démission en 2017, ce grand fan de football se met à écrire des livres dans lesquels il détaille ses relations avec le président, dénonce “la myopie politique qui a fait réduire les effectifs des armées, de la police, des hôpitaux”, une “inaction infamante” et n’hésite pas à marteler : “Ça me fait mal de voir cette France que j’aime dans cet état”.

Des ouvrages qui ont connu un grand succès mais qui ne révèlent rien qui puisse l’accréditer d’une tentation présidentielle, comme le souligne Ouest France. Mais le “véritable programme politique” qui se trouve, selon Marianne, dans son récent livre “Réparer la France” laisse planer le doute d’une candidature à la présidentielle, comme l’avait fait son frère cadet Philippe de Villiers en 1995 et 2007.

Au moment d’évoquer ces trois livres qui ont une “logique”, il reconnaît, auprès du quotidien régional, vouloir servir la nation : “J’ai servi pendant 43 ans ; je veux mettre mon expérience militaire au service de la nation, pour l’unité nationale”. À travers une candidature à la présidentielle ? Il est encore trop tôt pour le dire...

Ce contenu peut également vous intéresser :