Ces questions dérangeantes sur l'amour maternel que pose le nouveau livre d'Amélie Nothomb

Carole Bloch
L'écrivain belge Amélie Nothomb le 5 novembre 2016 lors d'un salon du livre à Brive-la-Gaillarde.

Il est à la fois, sombre, cruel, dur, froid, telle la photo de couverture du livre.

"Frappe-toi le cœur", le dernier roman d'Amélie Nothomb.

Un titre, issu d'un poème d'Alfred de Musset, et cet autre alexandrin:

"C'est là qu'est la pitié, la souffrance et l'amour"...

La souffrance et l'amour: deux thèmes qui ressortent fort de ce récit remarquable et très bien écrit comme toujours par son auteur.

Mais surtout, la jalousie, ou plutôt l'envie, sont les thèmes dominants de ce roman.

Mais, Amélie ou es-tu allée chercher cette histoire?

D'accord, tu avais eu dans ta classe une camarade qui était mal aimée par sa mère... et de là comme tu le dis: "tu as enfanté" ce roman poignant...

Je ne souhaite pas faire ici un résumé du livre mais plutôt m'attarder sur ce qui m'a le plus touché, à savoir l'indifférence totale d'une mère pour son enfant et en même temps l'inégalité d'amour dans une fratrie.

C'est l'histoire de Diane, fille de Marie et Olivier, qu'ils auront alors qu'ils sont encore très jeunes.

Diane deviendra une enfant très sensible, très intelligente, et l'aînée d'une fratrie de trois.

Dès sa naissance, sa mère lui vouera une jalousie proche de la haine, qu'elle percevra très tôt.

Dès le début on ressent cette indifférence pour ce bébé à venir:

"Pendant neuf mois, elle n'eut pas une pensée pour le bébé"

"Elle vécu l'accouchement comme un retour brusque et désagréable dans le réel. Quand elle entendit les vagissement du nouveau-né, elle fut stupéfaite: ainsi donc, pendant tout ce temps, elle avait contenu quelqu'un".

"C'est une petite fille, madame, lui annonça la sage-femme".

Marie n'éprouva rien, ni déception, ni contentement. Elle aurait aimé qu'on lui explique quoi éprouver.

Au fil des jours et des mois ce rejet et cette indifférence se confirmaient.

"Quand Marie se retrouvait seule avec sa fille, elle ressentait un malaise auquel elle ne comprenait rien. Elle s'efforçait de la regarder le moins possible. Elle lui faisait prendre son biberon en détournant les yeux..."

Cette...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages