LA QUESTION SEXO - Faut-il avouer une infidélité occasionnelle ?

·1 min de lecture

Faut-il avouer une infidélité occasionnelle ? La sexologue et psychanalyste Catherine Blanc a répondu à cette délicate question mardi dans l’émission Sans Rendez-vous. Selon elle, il faut d'abord définir la notion de fidélité, propre à chaque couple.

La réponse de Catherine Blanc

"Nous n’avons pas tous les mêmes rapports à la fidélité et donc à l’infidélité. Qui suis-je pour dire qu’il faudrait avouer ? Dès lors que l’on dit avouer, cela veut dire que c’est une faute. Il faut d’abord définir à quoi sert cette relation, quel est notre investissement dans la relation et quelles sont les marges que l’on s’octroie, se demander 'est-ce que c’est contre l’autre ou pour une liberté ?'."

Faut-il aborder la question de la fidélité ?

"En couple, il vaut mieux avoir la même vision de la fidélité et de l’infidélité. Mais je crains qu’on ait du mal à se le dire. C’est assez facile d’entendre ce que l’autre a à dire, mais c’est plus compliqué d’exprimer son point de vue. C’est une histoire très difficile. Il faut aussi définir la notion 'd’occasionnelle'.

Il n’est pas question de faire la morale et de dire 'ça c’est bien et ça, ce ne l’est pas'. Chacun a une vision de sa liberté et le cadre de la relation n’a pas à enfreindre cette liberté. Pour autant, il faut savoir à quoi on s’est engagé avec l’autre et ce qu'on risque."

Est-ce plus difficile d’être fidèle en 2020 qu’avant ?

"Dans les années 70, les relations étaient très ouvertes. Derrière, une certaine morale s’est resolidifiée pour ensui...


Lire la suite sur Europe1