Question de la semaine : pourquoi rit-on ?

·1 min de lecture

Pourquoi certaines choses nous font rire et finalement, à quoi sert le rire ? Les réponses de Sciences et Avenir.

"Pourquoi y a-t-il des choses qui nous font rire ? Et à quoi sert le rire ?" nous demande sur la page Facebook de Sciences et Avenir David Jonquard. Il s'agit de notre question de la semaine. Merci à tous nos internautes pour leur curiosité et leur bonne humeur !

Pourquoi des choses nous font-elles rire ?

Le neuroscientifique Pascal Vrticka a mené, il y a quelques années déjà, des travaux en association avec l’université de Stanford, pour comprendre pourquoi le cerveau déclenche le rire. En 2013, il publiait ainsi dans la très sérieuse revue ses conclusions. Dans cet article scientifique, relayé alors par , les chercheurs constataient que rire d’une blague implique l’activation de nombreuses parties du cerveau et qu'il est possible de faire ressortir deux éléments distincts : le cerveau détecte tout d’abord une incompatibilité logique, puis réinterprète la situation. Ainsi, "l'humour semble engager un réseau central de structures corticales et sous-corticales, y compris des zones temporo-occipito-pariétales impliquées dans la détection et la résolution de l'incongruité (inadéquation entre les stimuli attendus et présentés)", notaient les auteurs.

En outre, dans leur étude menée auprès de 22 enfants âgés de 6 à 13 ans, les chercheurs encadrant Pascal Vrticka ont prouvé que le traitement de l’humour était différent selon le sexe et cela, dès le plus jeune âge. Ils ont enregistré l’activité cérébrale des enfants pendant qu’ils regardaient de petits films drôles, par exemple des extraits d’un bêtisier, ou divertissants, comme une séquence montrant d'autres enfants en train de faire du breakdance. En moyenne, le cerveau des filles réagit davantage aux scènes drôles et celui des garçons plutôt aux scènes divertissantes.

A quoi sert le rire ?

"L'humour est une composante vitale du fonctionnement socio-affectif et cognitif humain", notaient également les chercheurs. Par exemple, on sait que les adultes souffrant de troubles psychiques, par exemple de dépression, traitent [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles