Question de la semaine : pourquoi ça gratte ?

·2 min de lecture

Pourquoi se gratte-t-on ? Quels mécanismes moléculaires entrent en jeu lors de ce phénomène ? Les explications de Sciences et Avenir.

"Pourquoi se gratte-t-on ?". C'est la question posée par Julien Alexandre à la rédaction de Sciences et Avenir sur notre page Facebook. Il s'agit de notre question de la semaine, et voici notre réponse. Merci à tous pour votre participation et votre fidélité.

Des voies moléculaires complexes

Une réponse à cette question a été avancée en 2016, dans un article publié dans la revue Journal of Biological Chemistry. Des chercheurs de l'Université de Duke, aux Etats-Unis, y expliquent avoir identifié chez la souris la protéine responsable de l'envie de se gratter. Nommée TRPV4, elle est présente dans la couche supérieure du derme. Pour prouver l'implication de cette protéine, les chercheurs ont exposé des souris génétiquement modifiés, privées de TRPV4 dans les cellules de la peau, à des produits chimiques allergisants causant des démangeaisons. Les rongeurs n'en souffraient pourtant quasiment pas.

Selon l'étude, quand la protéine s'active, elle conduit les cellules de la peau à libérer une molécule appelée "endothéline-1", impliquée dans les sensations de douleur et de démangeaisons. De plus, les chercheurs ont découvert que l'activation de TRPV4 déclenche "un flot" de calcium dans la cellule, ce qui active une autre protéine appelée ERK, elle aussi impliquée lors d'une démangeaison, comme l'évoquait dans un précédent article. Les chercheurs voulaient ensuite développer des médicaments contre les démangeaisons en bloquant les voies moléculaires impliquées. D'ailleurs, déjà en 2016, ils étaient parvenus à mettre au point une pommade bloquant TRPV4 et ERK chez la souris.

, évoquait de manière plus large la démangeaison lors d'une piqûre de moustique. Dans ce cas, en piquant, le moustique libère un composé anticoagulant dans l'organisme de sa victime. Problème : nous y sommes légèrement allergiques. Il conduit donc à la libération d'un composé chimique appelé histamine, qui va provoquer un agrandissement du diamètre des vaisseaux sanguins, d'où une accélération de la répon[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles