Question de la semaine : existe-t-il un moyen écologique pour dessaler l’eau de mer ?

·2 min de lecture

"Existe-t-il un moyen écologique pour dessaler l’eau de mer ?", nous demande un lecteur de Sciences et Avenir sur notre page Facebook. Pour lui répondre, focus sur la société française Osmosun qui dessale l'eau de mer grâce à l'énergie solaire.

"Existe-t-il un moyen écologique pour dessaler l’eau de mer (par évaporation, énergie solaire, éolienne ou par les marées), pour remplacer les usines « énergivores » et offrir de l’eau potable aux populations en zones arides ?", nous demande Fabrice Brutus sur notre page . Merci à tous pour votre participation à notre "question de la semaine".

Le dessalement de l’eau de mer nécessite traditionnellement beaucoup d'énergie

Le dessalement (aussi nommée "désalinisation") de l’eau de mer - 98 % de l'eau présente sur Terre - se répand dans le monde. Cette technologie encore peu développée il y a un quart de siècle représentait en 2019 environ 15.906 usines dans 177 pays, avec une capacité de production de 95 millions de mètres cube (m3) d'eau potable par jour, selon .

Problème : elle nécessite beaucoup d’énergie. Le procédé utilisé est en effet celui de l’osmose inverse. L’eau salée est filtrée à travers des membranes percées de trous de quelques nanomètres bloquant les sels minéraux et ne laissant passer que les molécules d’eau. Et pour ce faire, il faut exercer une forte et constante pression 24h sur 24 nécessitant une importante source d’énergie. La plupart des grosses usines de dessalement se trouvent donc dans les États pétroliers où pétrole et gaz sont à bas prix et l'eau rare.

Cela a un poids climatique. La désalinisation génère l’émission d'environ 80 millions de tonnes de CO2 par an et ces émissions augmentent de 10% par an. Utiliser une énergie intermittente comme le solaire ou l’éolien impose une importante capacité de stockage par batteries afin d’assurer une alimentation permanente en énergie. Et tout cela coûte assez cher. Pour les capacités de production conventionnelle diesel de moins de 1000 m3/j, le coût de l’eau est de 3 à 6 euros par m3 et les consommations spécifiques de 4 à 7 kWh/m3.

Ce blocage technique a été vaincu en 2014 par Marc Vergnet avec son procédé. Non seulement ce dernier permet de dessaler I’eau de mer sans dégager de gaz carbonique mais[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi