Qu'est-ce que la théorie du "grand remplacement"?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Espérant en faire l'un des thèmes centraux de la campagne présidentielle, Eric Zemmour a construit toute son offre politique autour de cette théorie xénophobe. Popularisé à partir de 2011 par l'écrivain d'extrême droite Renaud Camus, condamné en 2014 pour "provocation à la haine et à la violence contre un groupe de personnes en raison de leur religion", ce concept pointe un processus, qui serait à l'œuvre, de substitution des Français d'ascendance par une population étrangère venue principalement d'Afrique subsaharienne et du Maghreb.

Selon sa version complotiste, des élites mondialisées encourageraient une "colonisation" arabo-musulmane de l'Europe pour s'offrir une main d'œuvre à bon marché. Le déclin démographique de l'Occident est au fondement de cette théorie : les immigrés étant sans cesse plus nombreux à arriver et leur taux de fécondité étant plus élevé, les populations d'origine risqueraient à terme de devenir une minorité et de se voir imposer une culture qui n'est pas la leur.

Lire aussi - Hervé Le Bras, démographe : "Zemmour accumule les poncifs sur l'immigration"

Un tel raisonnement résiste pourtant mal à la réalité des flux migratoires. En 2018, la France comptait à peine 10% d'immigrés, loin derrière l'Allemagne ou l'Espagne, selon Eurostat. Seuls 46% provenaient d'Afrique, le reste arrivant essentiellement d'Europe, d'Asie, d'Amérique et d'Océanie.

Retrouvez notre podcast L'Antisèche du JDD :


Retrouvez cet article sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles