Qu'est-ce qu'une rave-party?

·1 min de lecture

De jeudi soir à samedi matin, 2.500 personnes ont participé à une "rave party sauvage" à Lieuron, au sud de Rennes (Ille-et-Vilaine). Une immense fête en plein air, pour célébrer le Nouvel An, mais au mépris du couvre-feu. Ce genre d'événements existent depuis les années 1980, on les appelés alors "rave party", puis "teknival" pour celles qui durent plusieurs jours ou "tekos", mais le terme le plus utilisé aujourd'hui est "free party" ou "teufs" (fêtes en verlan). Il y a des nuances entre tous ces termes, mais retenez que la fête de Lieuron est plutôt une "free party".

Lire aussi - Rave party en Bretagne : plus de 1.600 verbalisations, sept interpellations et une inquiétude sanitaire

Esprit libre et autogéré

L'idée est toujours la même : de nombreuses personnes se retrouvent le plus souvent en extérieur, sur un grand terrain, et les fêtes sont rarement déclarées. A la manœuvre, des collectifs indépendants (des "sound systems") et bien rodés qui dénichent des endroits insolites ou isolés et y acheminent des murs de son pour danser sur de la techno et toutes ses variantes jusqu'au petit matin. Niveau organisation, l'esprit est libre et autogéré.

Retrouvez toutes les antisèches du Journal de Demain ici

Les participants sont conviés par chaînes de SMS ou par bouche-à-oreille. Un côté secret, "pirate", jalousement cultivé. Le lieu exact n'est souvent révélé que quelques heures avant le début des festivités. Le prix, lui aussi, est libre. Longtemps considéré comme une culture alterna...


Lire la suite sur LeJDD