Qu'est-ce que l’effet de Halo ?

L’effet de Halo opère lorsque l’on se base sur une caractéristique d’une personne afin d’en faire un jugement général. À partir de cette caractéristique nous lui en supposons d’autres plus ou moins positives ou négatives. Notre impression en est biaisée. À un caractère amical et convivial, on pourrait associer créativité ou encore intelligence bien que ces faits ne soit ni fondés ni prouvés.

Ce biais cognitif a été mis en évidence en 1920 par le psychologue américain Edward Thorndike. Cette étude réalisée au sein de l’armée démontrait que les commandants officiers avaient tendance à attribuer des caractéristiques positives à leurs subordonnés, lorsqu’ils avaient découvert une qualité positive en eux. À l’inverse, lorsqu’ils décelaient une qualité négative, ils ne voyaient plus que des éléments négatifs dans leur personnalité.

Tout élément qui pourrait venir en contradiction avec notre première impression est boycotté par le cerveau. Cela se manifeste par exemple chez le recruteur au moment de l’embauche. Si ce dernier a remarqué un trait positif chez le candidat, il prêtera moins attention à ses défauts. Ceci pour un souci de cohérence, le cerveau aime rester cohérent. Il évite ainsi d’être en contradiction.

Cependant, ce phénomène est aussi mis en exergue par les discriminations de certains recruteurs. Une belle personne sera considérée comme plus intelligente et plus compétente. Elle aura plus de chance d’être recrutée pour un emploi qualifié. Le recruteur lui attribuera aussi des prétentions salariales plus élevées. La taille d’une personne compterait ainsi dans le montant du salaire. Selon une étude, il augmenterait de 300$ par an par cm.

En 1973 une expérience a été mené dans une école à Clifford. Des enseignants avaient pour mission de décrire des enfants d’après leur photo sur plusieurs critères comme l’intelligence, les chances de réussite à l’école, ou encore l’évaluation de l’intérêt probable de leurs parents pour leurs activités scolaires. Les résultats ressortis montraient ainsi que les enfants perçus « beaux » par les enseignants étaient jugés plus intelligents, comme ayant plus de chance de succès ainsi qu’ayant des parents plus investis comparés à leurs camarades plus « laids ».

Cet effet peut même avoir des conséquences plus sérieuses et intervenir lors du jugement de la culpabilité d’une personne. Un chercheur de l’université de Toronto s’est penché sur l’influence que pouvait avoir l’effet de Halo lors d’un procès. Des personnes ont ainsi eu pour tâche de juger de la culpabilité de plusieurs individus. Un texte décrivant les faits ainsi qu’une photo leurs étaient fournis. L’objectif était d’observer la différence de jugement lorsque l’attractivité de la personne sur la photo changeait mais que le texte restait le même. Les résultats furent étonnants, les candidats avec une attractivité plus faible étaient jugés plus coupables que leurs congénères. De même la peine attribuée était plus sévère pour les « moins attractifs ».

Découvrez le podcast sur Bababam

A écouter aussi :
Qu’est-ce qu’une Power Nap ?
Qu’est-ce que le Deep Learning ?
Qu’est-ce qu’un fond de pension ?