Qu'est-ce que l'"accélérationnisme", la mouvance des militants d'ultradroite arrêtés mardi ?

·1 min de lecture

Les deux hommes appelaient à des "actions violentes". Mardi, deux militants appartenant à l'ultradroite ont été interpellés et placés en garde à vue par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Echangeant via une messagerie cryptée, ils appartiennent tous les deux à la tendance "accélérationniste", a indiqué une source policière à l'AFP. Ce courant de pensée, venu de l'ultradroite américaine en 2015, a fait son apparition en France. Mais que prône-t-il exactement ?

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Pour ses adeptes, qu'on ne retrouve ni dans les manifestations ni dans les isoloirs, le coeur de la pensée accélérationniste est de dynamiter le système de l'intérieur, de faire éclater une guerre entre communautés. Pour eux, le combat politique est inutile, insiste Jean-Yves Camus, co-directeur de l'Observatoire des radicalités politiques à la Fondation Jean-Jaurès. "L'accélérationnisme est une théorie qui est engagée sur la voie de la violence et, si besoin, du terrorisme. Elle a envie d'accélérer la conflagration finale entre eux-mêmes et l'ensemble de leurs ennemis, qui vont des antifascistes aux homosexuels et à tous les représentants de l'Etat et des institutions." 

Quelques dizaines de militants

Selon le spécialiste, le propre de cette mouvance d'ultradroite est qu'il s'agit non pas d'un mouvement hiérarchisé, mais de noyaux, de cellules très cloisonnées qui communiquent uniquement par messagerie cryptée, comme c'est le cas pou...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles