Qu'est ce que l'éco-anxiété et sœur jumelle la solastalgie ?

Eco-anxiété est un mot forgé en 1997 par Véronique Lapaige, enseignante-chercheuse canadienne et belge. Elle a observé qu’individuellement ou collectivement, un nombre grandissant de personnes ressentaient un mal-être et souvent un besoin de se responsabiliser face au changement climatique et aux crises environnementales. Dans sa définition du phénomène, ce médecin de formation précisait qu’il n’avait rien de pathologique. Qu’en est-il aujourd’hui ? Sciences et Avenir faire le point sur un concept qui a 25 ans cette année.

Que ce soient des initiatives individuelles comme celle de en Suède, de en Thaïlande, de en Ouganda, ou encore des déclarations collectives comme celles , des , , , une lame de fond de colère semble traverser une partie de la jeunesse. Cette colère provient de l face au dérèglement climatique. Ce sentiment est souvent accompagné d’une angoisse qualifiée d’éco-anxiété. Qu’est-ce qui se cache derrière ce mot forgé en 1997 par , et dont la définition n’apparaît pas encore dans nos dictionnaires ?

Popularisée par la presse française lors , l’expression éco-anxiété est la contraction des deux mots : écologie et anxiété. Un "éco-anxieux" ou une "éco-anxieuse" développe une inquiétude face aux catastrophes écologiques annoncées : dérèglement climatique, perte de la biodiversité, pollution, déforestation… Cette anxiété est une anxiété par anticipation, née de la prise de conscience des impacts à court et à long terme du changement climatique, nourrie par les différents scénarios établis par des scientifiques - comme ceux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) -, et par le constat que des évènements liés à ce dérèglement climatique sont déjà observables.

La solastalgie par le philosophe de l’environnement Glenn Albrecht. Il combine deux mots : le verbe sōlor, sōlārī qui signifie atténuer une détresse, apporter un réconfort dans une situation difficile, et le suffixe stalgia. Issu du grec algia, il signifie une douleur, qu’elle soit physique ou morale. Ce concept est né du travail de Glenn Albrecht sur la santé mentale des habitants de la Hunter Valley (Australie), une région bouleversée par l’industrialisation et l’ouverture de mines à ciel ouvert. Le chercheur rapporte combien les habitants se sentaient étrangers à ce nouvel environnement. Sur ce plan, il leur trouvait beaucoup de points communs avec les aborigènes qui manifestent, encore aujourd’hui, la nostalgie de leurs cultures et leurs traditions disparues.

La solastalgie traduit [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Eco-anxiété: les leçons des Inuits"Appel à déserter" de diplômés d'AgroParisTech : "Le courage raisonné appelle toujours un bravo", estime Marc-André SelosseManifestations de jeunes pour le climat à travers la France La COP26 est un "échec", juge Greta Thunberg devant des milliers de jeunes à Glasgow Greta Thunberg dénonce 30 ans de "bla bla" sur le climat

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles