Qu'est devenu Jonathan, à qui Macron avait conseillé de "traverser la rue" pour trouver un emploi ?

C'était il y a un an: le jeune chômeur à qui Emmanuel Macron avait affirmé, aux Journées du patrimoine en 2018, qu'il suffisait de "traverser la route" pour "trouver un emploi", enchaîne désormais des contrats saisonniers dans la restauration.


Il y a un an, lors des Journées du patrimoine, alors qu'Emmanuel Macron entamait sa deuxième rentrée comme président de la République, une scène a fortement marqué dans les jardins de l'Élysée. Le président, interpellé par un jeune chômeur sur ses difficultés à trouver du travail, a fait la leçon au garçon, lui assurant qu'il suffisait de "traverser la rue" pour "trouver du travail":

"Si vous êtes prêt et motivé, dans l'hôtellerie, les cafés, la restauration, dans le bâtiment, il n'y a pas un endroit où je vais où ils ne me disent pas qu'ils cherchent des gens. (…) Hôtels, cafés, restaurants, je traverse la rue, je vous en trouve, ils veulent simplement des gens qui sont prêts à travailler. Avec les contraintes du métier."

"Ils ont été très contents de mon travail"

Le dialogue ne s'est pas arrêté là, Emmanuel Macron affirmant au jeune homme: "Vous faites une rue, vous allez à Montparnasse par exemple, vous faites tous les cafés et les restaurants…. Franchement, je suis sûr qu'il y en a un sur deux qui recrute en ce moment."

Après ce conseil, qui avait créé la polémique, Jonathan Jahan a retrouvé du travail... mais pas à Montparnasse. Il avait pourtant pris le président au mot et était allé jusqu'à ce quartier du 15e arrondissement de Paris pour décrocher un emploi, en vain.

"Depuis que j'ai vu Emmanuel Macron, j'ai travaillé pour une agence d'intérim en tant que cariste pendant trois-quatre mois. Puis, je suis parti au mois de mai en Bretagne pour faire la saison touristique. J'ai été cuisinier et plongeur. Ils ont été très contents de mon travail", raconte le jeune homme de 25 ans sur notre antenne.

Il n'a pas "envie de recroiser" Emmanuel Macron

Originaire du Loiret, l'ancien horticulteur assure qu'il est très difficile de trouver un emploi dans son département.

"C'est encore pire qu'à Paris. C'est (...)

Lire la suite sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :