Quels politiques participent à la marche contre l’islamophobie?

Maurer, Pierre
Le député insoumis Éric Coquerel se rendra à la marche contre l’islamophobie dimanche. / François BOUCHON/Le Figaro

Les défections se sont enchaînées, et peu de personnalités politiques se rendent à la manifestation organisée dimanche. Jean-Luc Mélenchon est l’un des rares à avoir confirmé sa présence.

Une tribune dans Libération , quelque 400 signataires au départ, puis une marche prévue dimanche 10 novembre. Les représentants de la gauche semblaient pour une fois converger pour dénoncer l’islamophobie. Mais de nombreuses défections se sont égrenées au fil de la semaine et de la découverte du caractère sulfureux de certains signataires.

L’appel initié entre autres par Madjid Messaoudene (élu de Saint-Denis), le très controversé Collectif contre l’islamophobie (CCIF) -accusé de liens avec les Frères musulmans-, et Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), semble faire pschitt. La plupart des têtes d’affiche ayant signé la tribune préfèrent discrètement éviter de se rendre à la marche. Tour d’horizon de ceux qui maintiennent leur présence dans le cortège qui partira de la gare du Nord à 13h dimanche 9 novembre.

● Chez EELV, des signatures mais peu de marcheurs

La sénatrice de Paris, Esther Benbassa, est la seule au sein du parti écologiste à avoir clairement confirmé sa participation, sans pour autant «adhérer à tout le texte et à tous les signataires».

L’un des chefs de file d’Europe écologie les verts (EELV), Yannick Jadot, a été l’un des premiers à prendre ses distances avec la tribune. Malgré sa signature, l’eurodéputé «ne valide pas l’ensemble du texte». Il ne participera pas à la marche, arguant des «engagements de longue date avec des associations de jeunes», tout comme le numéro un d’EELV David Cormand, en voyage en Finlande, et David Belliard, candidat à la mairie de Paris.

● Génération.s y sera, pas le PS

Difficile de savoir précisément qui en sera ou non. Beaucoup des membres du mouvement de Génération.s ont signé la tribune et comptent représenter leur mouvement lors de la manifestation. «Il y a une attaque continue et extrêmement violente contre les populations (...) Lire la suite sur Figaro.fr

La marche anti-islamophobie fracture la gauche 
Marche contre l'islamophobie: le PCF appelle à manifester, malgré les réserves de Roussel 
Marche contre l'islamophobie: les organisateurs dénoncent un «sabotage» de la gauche 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro