Quels moyens pour lutter contre le coronavirus au Rwanda?

À ce jour, 19 patients y ont été testés positifs au Covid-19 au Rwanda et depuis le samedi 21 mars au soir, le pays est confin  : frontières et districts fermés, seuls les commerces vendant de la nourriture et des médicaments restent ouverts tandis que tous les trajets non-nécessaires sont interdits. Le but : stopper l’épidémie avant qu’elle ne pèse trop lourdement sur le système de santé du pays.

Avec notre correspondante à Kigali, Laure Broulard

Depuis janvier, 1 200 personnes ont été testées au Rwanda et actuellement le rythme est passé à environ 20 tests par jour. Les échantillons sont analysés en quelques heures par trois machines au laboratoire national de la capitale Kigali.

Jusqu’ici, les autorités testaient en priorité les personnes ayant eu des contacts répétés avec les patients déjà atteints du Covid-19. Mais grâce à l’arrivée, ce week-end, de milliers de tests offerts par la fondation du milliardaire chinois Jack Ma, leurs capacités devraient être renforcées.

Pour les patients infectés, trois centres de traitement pouvant accueillir 300 personnes en tout sont pour l’instant prévus. Ils sont équipés de respirateurs, assure Sabin Nsanzimana, directeur du Centre biomédical rwandais. « Nous voudrions également équiper les différents districts, mais le but est d’endiguer l’épidémie avant d’avoir grand besoin de ces outils extrêmement chers », explique-t-il.

Le Rwanda a ainsi décidé de confiner sa population tout juste une semaine après la confirmation du premier cas. « À ce stade, les mesures prises sont à la hauteur du défi », assure François Moreillon, le chef de délégation de la Croix-Rouge à Kigali, qui pose cependant la question des moyens de la lutte contre le virus dans les prochains mois, alors que les grands pays donateurs sont également touchés par la crise.