Quels sont les meubles pour louer en meublé ?

Figaro Immo
/

Pour qualifier une location de meublée, il ne suffit pas d'installer une table, des chaises et un lit dans le logement. Les meubles doivent être en nombre suffisant et chaque pièce doit être équipée en rapport avec son usage. Le locataire doit pouvoir cuisiner, se laver et dormir dès son arrivée.

Quand on s’installe, ne pas avoir à acheter ses meubles, c’est plutôt pratique. Et ça l’est encore plus lorsque l’on déménage ! De nombreux locataires optent ainsi pour la location d’un bien en location meublée. Mais comment ça marche une location en meublé ? Quels sont les meubles que doit comprendre le logement ? Quelles sont les règles pour rompre un bail meublé ? On vous explique tout !

Une location meublée : c’est quoi ?

Un logement en meublé est un logement qui comprend un certain nombre de meubles et équipements fournis par le propriétaire à son locataire. Ce type de logement est souvent plébiscité par les jeunes actifs et les étudiants.

La liste des meubles est fixée par un décret. Le loyer est d'ailleurs souvent légèrement plus élevé qu’un logement loué vide. Une aubaine pour les investisseurs qui profitent d'une fiscalité plus avantageuse pour un bail en meublé qu'en vide. Mais tout dépend de la stratégie de l'investisseur.

Location meublée : une liste de meubles encadrée

La loi pour l'Accès au Logement et un Urbanisme Rénové (loi Alur), entrée en vigueur le 27 mars 2014, impose un ameublement minimal pour qu'une location soit qualifiée de meublée. Le décret n° 2015-981 du 31 juillet 2015 fixe la liste des meubles obligatoires pour louer en meublé.

Quels sont les équipements d'une location meublée ?

L’appartement ou la maison que vous allez louer en meublé devra au minimum comporter :

  • Une literie avec une couette ou une couverture
  • Des plaques de cuisson
  • Un four ou un four micro-onde
  • Un réfrigérateur
  • Un congélateur ou un compartiment de congélation dans le réfrigérateur
  • De la vaisselle et des ustensiles de cuisine
  • Une (...) Lire la suite sur Figaro.fr