Quels sont les chiens qui vont le plus souffrir du changement climatique ?

Céline Deluzarche, Journaliste

Les vagues de chaleur qui se multiplient dans le monde ne font pas que des dégâts parmi les humains. Les chiens sont aussi particulièrement touchés : comme ils ne transpirent pas, ils ont plus de mal que nous à réguler leur température interne. Du coup, leur mécanisme de refroidissement passe essentiellement par la respiration : lorsque les températures grimpent, le chien se met à haleter rapidement afin d’accélérer les échanges d’air chaud et d’air froid. Et c’est là que le bât blesse. Car certaines races de chiens ont une anatomie particulièrement défavorable.

Chien au nez aplati : un facteur de risque de coup de chaleur multiplié par deux

Une étude britannique parue le 18 juin dans la revue Scientific Reports a comptabilisé tous les accidents et maladies de chiens liés à la chaleur lors de l’année 2016 au Royaume-Uni. Cette année-là, la plus chaude de l’histoire, 395 cas de coup de chaleur ont ainsi été rapportés par les vétérinaires dans le pays, avec un taux d’incidence mortelle de 14 %. Mais comme indiqué plus haut, tous les chiens ne sont pas égaux. Les chiens à museau aplati, dits brachycéphales, sont ainsi deux fois plus exposés au risque de coup de chaleur, d’après les calculs des auteurs. Par rapport à un labrador (la race prise comme référence dans l’étude), le chow-chow présente un risque 14 fois supérieur, devant le bouledogue, le bouledogue français et le dogue de Bordeaux. La race qui s’en sort le mieux est le Lhassa apso, un petit chien touffu de quatre à sept kilogrammes. Ce dernier a 0,24 fois moins de risque de souffrir d’hyperthermie qu’un labrador. Un avantage lié à sa taille, les petits chiens résistant mieux à la chaleur de manière générale car ils présentent une surface d’échange plus élevée par rapport à leur masse. L’âge, l’obésité et le sexe sont d’autres facteurs de risque identifiés.

Risque d’hyperthermie des différentes races de chiens par rapport à la valeur de référence (labrador = 1). © C.D d’après Emily Hall...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura