Quelles raisons nous poussent à faire la fête ?

·1 min de lecture

Après les terrasses, ce sont bientôt les intérieurs des restaurants, des bars et des cafés qui vont rouvrir leurs portes. La crise sanitaire nous en avait privés depuis des mois. Mais l’étau commence enfin à se desserrer. Une excellente nouvelle pour tous ceux qui attendaient impatiemment de pouvoir refaire la fête. Ils sont d’ailleurs déjà nombreux à avoir partagé leurs émotions à ce sujet sur la plateforme EDF Pulse & You. Un projet en cours pose en effet la question aux Pulseurs (les citoyens inscrits sur la plateforme) : Et vous, comment (re) faites-vous la fête ?

Et vous, comment (re) faites-vous la fête ?

L’occasion d’échanger des témoignages et des sensations alors que le retour à une vie presque normale s’annonce enfin. Où chacun envisage à sa manière cette convivialité retrouvée, la perspective de nouveaux moments partagés. Vous aussi, vous pouvez faire part à la communauté des émotions qui vous animent ou encore de la façon dont vous allez aborder votre prochaine soirée festive. Aura-t-elle le même goût qu’avant le Covid ?

Sachez en attendant que les chercheurs ont beaucoup étudié le thème de la fête. Les chercheurs en sciences humaines, surtout. Ils s’y intéressent comme à n’importe quel autre fait anthropologique. Selon eux, la fête répond d’abord à un besoin inné chez les Hommes. Celui de manifester sa joie. Le résultat de la désobéissance d’Adam et Ève, suggèrent les théologiens.

Faire la fête, et tout particulièrement danser, a des effets bénéfiques sur la santé. Cela permet de diminuer le stress, d’améliorer le bien-être et la circulation sanguine, de faire des rencontres, d’adopter de bonnes postures ou encore de protéger le cœur et le cerveau. © pressmaster, Adobe Stock
Faire la fête, et tout particulièrement danser, a des effets bénéfiques sur la santé. Cela permet de diminuer le stress, d’améliorer le bien-être et la circulation sanguine, de faire des rencontres, d’adopter de bonnes postures ou encore de protéger le cœur et le cerveau. © pressmaster, Adobe Stock

De la sociologie à la physiologie, tout nous ramène à la fête

Les sociologues évoquent aussi une nécessité de communion. La fête, c’est le symbole de l’envie de se réunir. Pour tisser ou consolider des liens sociaux. Pour couper avec le quotidien et...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles