Quelles sont les particularités du variant anglais du coronavirus ?

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·2 min de lecture

Au Royaume-Uni, un nouveau variant du coronavirus SARS-CoV-2 se propage rapidement depuis le mois de décembre, incitant la France a fermé ses frontières avec l'outre-Manche. Le variant, appelé VUI 202012/01, a été identifié la première fois les 20 et 21 septembre 2020 dans le Kent et le Grand Londres respectivement. Il ne représentait alors qu’une part mineure des infections au SARS-CoV-2. Au cours des mois suivants, il est responsable d'un nombre croissant d'infections et gagne d'autres régions. Au 13 décembre 2020, 1.108 personnes ont été infectées avec le variant VUI 202012/01, essentiellement dans le Kent et à Londres, mais aussi en Écosse, au Pays de Galles et dans 4 autres pays étrangers dont la France.

L’European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) suit de près la situation. En s’appuyant sur le travail du Covid-19 Genomics Consortium UK (CoG-UK), l’ECDC dresse un état des lieux des connaissances sur VUI 202012/01 dans un rapport paru le 20 décembre dernier.

Depuis la semaine 43 (19 octobre 2020), le variant VUI 202012/01 a été de plus en plus isolé. © Gisaid EpiCoV database, rapport du ECDC
Depuis la semaine 43 (19 octobre 2020), le variant VUI 202012/01 a été de plus en plus isolé. © Gisaid EpiCoV database, rapport du ECDC

De nombreuses mutations dans la protéine S

Le variant VUI 202012/01 est caractérisé par un grand nombre de mutationS tout au long de son génome. Par conséquent, il est classé dans un cluster phylogénétique appelé B.1.1.7. Le groupe B.1.1.7 est caractérisé par 14 mutations non synonymes (le changement de nucléotide modifie l’acide aminé associé), 3 délétions et 6 mutations synonymes (le changement de nucléotide n’affecte pas l’acide aminé associé), soit un total de 23 modifications génétiques. En comparaison, les autres variants du SARS-CoV-2 regroupés dans un même groupe phylogénétique n’ont en commun qu’une poignée de mutationS.

Variant du SARS-CoV-2 : l'hypothèse du patient immunodéprimé

Parmi les délétions et les mutations non synonymes, plusieurs sont situées dans la protéine S. Elle est la clé qui ouvre la porte des cellules hôtes pour le virus, tout...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura