Quelles sont les meilleures villes américaines pour le télétravail ?

Photo Pixabay/cc

Bien que la main-d’œuvre de nombreuses compagnies américaines ait réintégré le bureau après la pandémie, la tendance au télétravail semble bien ancrée aux États-Unis. “Selon la Society of Human Resource Management, près de la moitié (48 %) des employés prévoient d’exercer des fonctions leur permettant de travailler à domicile”, rapporte CNBC.

La société SmartAsset a analysé cette tendance et classé dans son étude les 100 plus grandes villes américaines en fonction de huit paramètres, “notamment le pourcentage de la main-d’œuvre qui travaille à domicile, les coûts du logement médians, le taux de chômage, le taux d’imposition sur le revenu, la densité des cafés et la densité des bars pour déterminer la meilleure ville pour le travail à distance”. Dix villes sont sorties du lot :

Austin (Texas) Scottsdale (Arizona) Pittsburgh (Pennsylvanie) Chandler (Arizona) Durham (Caroline du Nord) Charlotte (Caroline du Nord) Fremont (Californie) Nashville (Tennessee) Gilbert (Arizona) Mesa (Arizona)

Beaucoup de cafés et peu d’impôts à Austin

Plus de 38 % des résidents d’Austin travaillaient déjà depuis leur domicile en 2021, a confié à CNBC Susannah Snider, de SmartAsset, qui précise :

“Austin a une forte concentration de cafés […] et a également obtenu de bons résultats en ce qui concerne notre mesure du taux d’imposition sur le revenu, car l’État du Texas ne prélève pas d’impôt sur le revenu.”

Scottsdale, souligne-t-elle, a reçu également de bonnes notes en matière de taux d’imposition : un travailleur gagnant l’équivalent de 75 280 euros par an paiera moins de 23 % d’impôts au gouvernement fédéral et à l’État de l’Arizona.

CBS News note que Pittsburgh “est la seule ville du top 10 où les coûts de logement mensuels médians sont inférieurs à [1 000 euros] par mois, l’étude précisant que les grandes maisons pouvant accueillir un bureau offrent de meilleures options pour le travail à distance”.

Le Charlotte Observer souligne les atouts de la plus grande ville de la Caroline du Nord relevés par l’étude : “Charlotte avait le 11e pourcentage le plus élevé de travailleurs qui travaillaient à domicile en 2021, à 34,6 %.” Il en coûte environ l’équivalent de 1 300 euros pour se loger chaque mois dans la 17e ville en importance aux États-Unis. Fait à noter, souligne encore le quotidien : “Près de 37 % des résidences de Charlotte ont deux chambres ou plus.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :