Que faire de Colbert? Quand les députés s'interrogent sur notre histoire

Pierre Tremblay
·Journaliste
·1 min de lecture
Que faire de Colbert? Quand les députés s'interrogent sur notre histoire

MÉMOIRE - Question anachronique ou pertinente? Ces derniers mois, le déboulonnage de statues et la débaptisation de lieux publics sont devenus une source récurrente de polémiques, dans la foulée de débats similaires initiés aux États-Unis par le mouvement #BlackLiveMatters.

En France, c’est la figure de Jean-Baptiste Colbert, ancien ministre de Louis XIV et l’un des rédacteurs du “Code noir”, un texte législatif encadrant l’esclavage, qui a suscité les débats les plus vifs.

Le 24 juin, la députée Paula Forteza (ex-LREM, désormais non inscrite) proposait notamment de renommer la salle Colbert à l’Assemblée nationale, proposant du même coup d’honorer la mémoire de la révolutionnaire féministe Olympe de Gouges. Quelques jours plus tôt, des statues du contrôleur général des finances, mais aussi du général de Gaulle ou de Léon Gambetta, avaient été vandalisées.

Cet article fait partie de notre dossier “La mémoire en mouvement”. Alors qu’Emmanuel Macron appelle à la création d’une liste de personnalités pour mieux représenter “la diversité de notre identité nationale”, Le HuffPost se plonge dans l’histoire de France et dans l’actualité pour interroger notre mémoire collective.

À en croire le président de l’Assemblée nationale, la salle Colbert devrait garder son nom. “Revisiter l’Histoire” ou “vouloir la censurer dans ce qu’elle a de paradoxal parfois est absurde”, avait déclaré Richard Ferrand (LREM) après la dégradation de la statue devant le Palais Bourbon.

“Dans la vie d’un homme p...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.