Quatre scénarios pour l'origine du magnétisme de la Terre

Notre satellite, la Lune, naissait il y a 4,5 milliards d'années. Le scénario le plus admis pour l'expliquer suppose une collision entre la proto-Terre et un astre de la taille de Mars, surnommé Théia. L'impact aurait généré de nombreux débris qui ont pu ensuite s'accréter pour former la Lune. Tandis que le noyau de Théia aurait fusionné avec celui de la proto-Terre, expliquant pourquoi le noyau métallique de notre satellite est si petit, d'environ 660 kilomètres de diamètre. Mais une caractéristique de la Terre reste inexpliquée dans cette hypothèse : qu'en est-il du magnétisme de la Terre ? Existait-il avant la collision ? A-t-il au contraire été généré par elle ? Une étude dans la revue Pnas s'est penchée sur cette question.

La convection au sein du noyau ne peut que maintenir un champ magnétique déjà existant

Pour cela, les chercheurs ont d'abord séparé les différentes variantes de la collision avec Théia. Car selon les modèles, l'astre s'est enfui après l'impact (les scénarios appelés hit and run) ou bien a fusionné partiellement complètement avec notre Planète, ou même a été vaporisé par la force du choc ! Ils se sont ensuite penchés sur la dynamique des fluides en convection dans le noyau liquide externe de la Terre. « Notre nouvelle idée est de souligner que notre compréhension théorique du champ magnétique terrestre aujourd'hui peut en fait nous dire quelque chose sur la formation même du système Terre-Lune, explique David Hughes dans un communiqué, co-auteur de l'étude et mathématicien à l'université de Leeds (Angleterre). À première vue, cela semble quelque peu surprenant, et les théories précédentes n'avaient pas reconnu ce lien potentiellement important. »

L'aimantation de la Terre est maintenue grâce à la convection de fluides conducteurs au sein du noyau externe : c'est l'effet de la dynamo terrestre, aussi appelé géodynamo. Un phénomène qui ne peut cependant que maintenir un champ magnétique existant, comme l'explique Fausto Cattaneo, astrophysicien...

> Lire la suite sur Futura