Quatre questions sur l'obligation vaccinale pour les soignants, en vigueur dès mercredi

·2 min de lecture

L'obligation vaccinale pour les soignants entre en vigueur mercredi et ces derniers devront justifier d'au moins une dose du vaccin anti-Covid pour aller travailler. S'ils refusent, ce sera la suspension. Une mesure délicate pour l'exécutif, alors que quelque 300.000 soignants ne sont toujours pas vaccinés.

C'est un tournant dans la politique vaccinale française contre le Covid-19 : dès mercredi, les soignants devront avoir reçu une dose s'ils veulent continuer à travailler, comme l'avait annoncé Emmanuel Macron en juillet dernier. Si cette mesure ne met pas dans l'embarras une partie majeure des soignants, elle suscite pourtant la contestation de quelques-uns d'entre eux, qui se refusent à recevoir une injection. Pour le gouvernement, il s'agit de "temporiser" pour s'éviter une fronde.

Quels sont les niveaux de vaccination chez les soignants ?

Selon les derniers chiffres du ministère de la Santé, le taux de couverture vaccinale dans les établissements de santé atteint désormais 89%, comme la part de soignants vaccinés dans les Ehpad. Les bons élèves restent les soignants libéraux : 95% d'entre eux ont reçu leur première injection. On frôle les 100% chez les médecins généralistes et chez les spécialistes.

Il existe une exception : 10% des sages-femmes ne sont pas vaccinées. Les taux de vaccination sont encore plus élevés ce mercredi puisque les derniers chiffres disponibles datent de dimanche soir. En deux jours, beaucoup de soignants ont reçu - en urgence - leur première dose.

Des problèmes liés à cette mesure sont-ils constatés localement ?

Il ne reste que très peu de réfractaires à la vaccination mais cela peut malgré tout poser des problèmes dans certains établissements. Il y a quelques exemples de problèmes liés à cette mesure. À Montélimar par exemple, l'hôpital va être...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles