Quatre questions sur le "licenciement" de Ségolène Royal en tant qu'ambassadrice des pôles

franceinfo, Thomas Pontillon

Ségolène Royal s'est déclarée démise de ses fonctions d'ambassadrice des pôles, mardi 14 janvier. Nommée en 2017 par le gouvernement, ce dernier lui reproche ses prises de positions et lui rappelle, dans un courrier, son "devoir de réserve". Son licenciement sera officialisé lors du Conseil des ministres du vendredi 24 janvier. Par ailleurs, le parquet national financier ouvre une enquête préliminaire visant Ségolène Royal, a appris la cellule investigation de Radio France de source judiciaire.


Que reproche le gouvernement à Ségolène Royal ?


Trop de critiques incompatibles avec le devoir de réserve. Depuis plusieurs semaines, Ségolène Royal multiplie les piques contre le gouvernement sur Twitter ou lors d'interviews. Elle a notamment dénoncé "l'orgueil du pouvoir" face aux grévistes ou encore une réforme des retraites "mal préparée et injuste". Cette attitude répétée a visiblement déplu. Le 10 janvier, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne se demandait sur franceinfo si ces critiques étaient "compatibles avec un poste d'ambassadeur qui appelle une certaine réserve ? On peut se demander."

"Elle n'y est pas allée de main morte depuis le début de la contestation de la réforme des retraites, note Renaud Dély, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi