Quatre questions autour de Kaliningrad, au cœur d’un regain de tension entre la Russie et les pays occidentaux

© Reuters

Au 118e jour du conflit entre la Russie et l’Ukraine et à la veille d’un sommet européen décisif pour l’élargissement de l’Union, les yeux du monde sont tournés vers une enclave d’un peu plus de 200 kilomètres carrés : Kaliningrad, la plus petite région de la Fédération de Russie. Situé sur la mer Baltique, coincé entre la Lituanie et la Pologne, l’oblast, le nom des divisions administratives en Russie, est au cœur d’un regain de tensions entre Moscou, Vilnius et Bruxelles. Une situation d’autant plus complexe que la situation géographique et militaire du territoire est particulière.

1- Pourquoi la Russie hausse-t-elle le ton contre la Lituanie ?

L’origine du litige est commerciale. Ce lundi, Moscou a indiqué que la Lituanie avait introduit durant le week-end des restrictions sur le transit par voie ferrée de marchandises, allant du territoire russe vers Kaliningrad. La Russie a dénoncé des « mesures hostiles », évoquant même « un blocus », selon le gouverneur de Kaliningrad, Anton Alikhanov. Pour les Russes, ces restrictions de marchandises violent un accord passé en 2002 entre Moscou et Bruxelles, lorsque la Lituanie a rejoint les Vingt-Sept.

Lire aussi - Union européenne : avec son statut de candidat immédiat, l’Ukraine ouvre la boîte de Pandore

Le Kremlin réclame donc une levée « immédiate » des restrictions à Vilnius. Et menace dans le cas contraire d’adopter prochainement des « mesures appropriées » qui auraient de « sérieuses conséquences négatives » pour la populati...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles