Paris: quatre interpellations après une fête clandestine dans un immeuble mitoyen de Matignon

Mélanie Vecchio et Esther Paolini
·2 min de lecture
Près de 50% des jeunes n'ont pas confiance en la police, 79% estiment que les violences policières sont une réalité, et 48% que
Près de 50% des jeunes n'ont pas confiance en la police, 79% estiment que les violences policières sont une réalité, et 48% que

Quatre personnes ont été interpellées après une nouvelle fête clandestine qui s'est déroulée dans le 7e arrondissement de Paris, à deux pas de Matignon, selon une source proche du dossier à BFMTV. Les individus ont été placés en garde à vue et déférés devant le juge ce vendredi matin.

Une centaine d'invités sans masque

Les faits se sont déroulés samedi dernier, dans ce chic arrondissement du nord-est de la capitale. Un homme prévient la police qu'une fête est organisée dans un triplex - avec deux étages et un sous-sol. Une centaine de convives sont présents, ainsi qu'un videur et un DJ, le tout sans masque et dans un espace clos.

Les forces de l'ordre interviennent pour mettre fin aux festivités. Le lendemain, le parquet ouvre une enquête pour mise en danger de la vie d'autrui, violation manifestement deliberée d'une obligation particulière de sécurité ou de prudence et ouverture d'un débit de boisson sans autorisation.

100 euros l'entrée

L'enquête a permis de montrer que la soirée avait été organisée via Instagram. Le montant des entrées à la soirée était de 100 euros par personne, ou 600 euros pour six personnes avec une bouteille de vodka.

Les personnes déférées devant le juge sont les deux organisateurs de la soirée - qui ont loué, organisé, fait appel au videur au DJ - et les deux hommes ayant joué le rôle de "rabatteurs" pour attirer les invités.

Une location fréquente pour des événements

L'un des organisateurs a reconnu les faits. À son domicile, les enquêteurs ont retrouvé une somme de 1000 euros, tandis que 40.000 euros ont été saisis sur le compte de l'un des rabatteurs. Actuellement au chômage, il n'a, pour l'heure, pu justifier la provenance d'une telle somme.

D'après nos informations, le propriétaire de l'appartement est un Anglais, très rarement à Paris. Ce n'est pas la première fois qu'il loue son bien pour des soirées ou pour des événements comme la Fashion Week. La copropriété de l'immeuble est particulièrement remontée et envisage des poursuites judiciaires.

Article original publié sur BFMTV.com