Quatre ans de prison requis contre l’ex-policier marseillais devenu marchand de sommeil

Gérard Gallas avait « industrialisé » la location de taudis, a asséné le parquet ce mercredi 15 novembre. Ce dernier a demandé quatre ans de prison ferme contre cet ex-policier devenu marchand de sommeil, au troisième jour d’un procès emblématique de la gangrène de l’habitat indigne à Marseille.

Dénonçant la « stratégie délibérée » mise en œuvre par M. Gallas entre 2019 et 2021, le procureur Guillaume Bricier a également requis une amende de 75 000 euros, la confiscation définitive de 220 000 euros déjà saisis, ainsi que celle de deux immeubles détenus par le prévenu via des sociétés civiles immobilières (SCI), contre lesquelles il a également requis 275 000 euros d’amende au total.

« Atteinte à la dignité humaine »

Pour son « homme de main », « factotum zélé qui n’hésitait pas à faire le coup de poing contre les mauvais payeurs », Ali Faissoili Aliani, absent depuis l’ouverture de ce procès lundi, le parquet a demandé trois ans de prison avec mandat d’arrêt, ainsi que 25 000 euros d’amende.

Dans son réquisitoire, le procureur a souligné « le choix délibéré » de l’ancien policier au centre de rétention administrative de Marseille « d’acheter des immeubles à bas prix dans des quartiers pauvres et de cibler des locataires vulnérables » : « On n’est pas dans une infraction d’ordre administratif, mais dans une infraction pénale : l’atteinte à la dignité humaine » et la mise en danger de la vie d’autrui, a insisté le magistrat.

À lire aussi En vue de sa sortie de pris...


Lire la suite sur ParisMatch