Quatre ans après la bataille de Tripoli, des civils menacés par mines et munitions

Bâtiments endommagés par la guerre en Libye dans une banlieue de Tripoli, le 28 mai 2024 (Mahmud TURKIA)
Bâtiments endommagés par la guerre en Libye dans une banlieue de Tripoli, le 28 mai 2024 (Mahmud TURKIA)

Quatre ans après une bataille sanglante entre rivaux libyens pour le contrôle de la capitale Tripoli, les habitants de la périphérie, revenus progressivement chez eux, vivent sous la menace de centaines de mines et engins non explosés, qui fauchent des vies innocentes même en temps de paix.

Sorti jouer un matin de la mi-mai avec deux copains derrière la maison familiale à Al-Machrou, en périphérie de Tripoli, Mohamad Saleh Farhat, dix ans, a fini aux soins intensifs avec des blessures graves qui ont failli lui coûter la vie.

Habitués à s'amuser avec tout ce qu'ils trouvent, les garçonnets ont ramassé un objet métallique, intrigués par sa forme, et l'ont manipulé, inconscients du danger, jusqu'à ce qu'il explose.

Mohamad s'est écroulé par terre dans une flaque de sang, pendant que ses deux camarades, terrifiés, couraient dans tous les sens, avant qu'un voisin ne vienne à leur secours pour les conduire à l'hôpital.

"Nous avons trouvé un cône métallique près du mur du jardin, nous l'avons ramassé en pensant que c'était un bout de métal", puis "nous avons pris peur et l'avons jeté", raconte son camarade Hamam Saqer, 12 ans, grièvement touché aux pieds par les fragments d'obus de mortier.

"Quelques secondes après, une forte explosion nous a projetés à terre", témoigne à l'AFP le garçon, sur son lit d'hôpital, le corps recouvert de pansements. "Nous n'avions pas compris que c'était une munition, nous n'allons plus jamais retourner dans ce jardin!"

Sur le lit voisin, son frère Laith Saqer, onze ans, s'en est sorti avec quelques lésions superficielles. "Nous ne savions pas. Nous sommes allés jouer, c'est tout", dit-il.

Rongée par les divisions depuis la chute et la mort du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est gouvernée par deux administrations rivales: l'une à Tripoli (ouest) dirigée par Abdelhamid Dbeibah et reconnue par l'ONU, l'autre dans l'est, incarnée par le Parlement et affiliée au puissant maréchal Khalifa Haftar.

Celui-ci, avec le soutien militaire d'alliés étrangers (Russie, Egypte et Emirats arabes unis), avait lancé une offensive brutale d'avril 2019 à juin 2020 pour s'emparer de Tripoli. Il a été stoppé en périphérie par les forces du Gouvernement d'union nationale, appuyé par la Turquie.

Selon un rapport du Département d'Etat américain, lors des combats autour de Tripoli en 2019-2020, "les forces du groupe Wagner, soutenues par le Kremlin, avaient placé des mines terrestres et des pièges avant de se retirer". Certains engins ont été dissimulés par les forces pro-Haftar dans des jouets, des casseroles ou des chasses d'eau.

- "Zone sinistrée" -

Même si la Libye a réussi à "nettoyer" quelque 36% des zones dangereuses identifiées dans le pays, environ 436 millions de mètres carrés demeurent "contaminés", d'après Fatma Zourrig, cheffe de la Section de lutte antimines de la Manul, la Mission de l'ONU en Libye.

"Ces cinq dernières années, plus de 400 personnes ont été blessées ou tuées dans des accidents liés aux munitions. Trente-cinq sur l'année dernière, dont 26 enfants", a-t-elle affirmé lors d'un récent colloque à Tripoli.

"Il va falloir cinq à dix ans pour éliminer" ces résidus explosifs, mais à condition que la Libye "retrouve une stabilité politique et des autorités exécutives et législatives unifiées", a indiqué un responsable du ministère de la Défense à l'AFP.

Début mai, le Centre libyen de déminage (LibMAC) du ministère de la Défense a noué une collaboration pour développer une "stratégie nationale antimines" avec le Centre International de Déminage Humanitaire de Genève (CIDHG) et la Manul.

La banlieue sud de la capitale, où ont été blessés les trois amis, a été le "théâtre de toutes les guerres depuis 2011 jusqu'à aujourd'hui, et nous entendons fréquemment dire que des voisins ont subi des amputations après l'explosion" d'un engin, explique Saleh Farhat, père du petit Mohamad.

"C'est une zone sinistrée", dit-il, espérant que les autorités accentueront le déminage de ces secteurs résidentiels. "J'ai le coeur brisé (...) et les autorités ne font pas assez pour éliminer les mines", déplore Saleh qui a aussi perdu une activité commerciale florissante à cause de la guerre.

Seddik al-Abassi, un responsable de la mairie d'Abouslim, "l'un des secteurs de Tripoli les plus touchés", souligne que "les gens ont peur car leur vie est en danger", exhortant les autorités à fournir les équipements modernes permettant d'effectuer une nouvelle inspection de ces zones résidentielles".

En attendant, l'état du jeune Mohamad, touché à la tête par les éclats d'obus, "est stable mais il aura besoin d'une longue convalescence", estiment ses médecins.

nd/rb/fka/anr