Les quatre années de calvaire d’un Français harcelé par une Russe

·1 min de lecture
Les interpellations s'enchaînent - une cinquantaine selon Guillaume - mais à chaque fois, elle est libérée. (Photo d'illustration)
Les interpellations s'enchaînent - une cinquantaine selon Guillaume - mais à chaque fois, elle est libérée. (Photo d'illustration)

Un harcèlement hors-norme. L?histoire commence en 2018. Guillaume Chenier met alors en scène un spectacle à Goa, en Inde. Il va très rapidement devenir l?obsession d?une Russe prénommée Jiulia, rapporte Le Parisien. Pour cette femme, atteinte d?érotomanie, une pathologie psychiatrique délirante, Guillaume est l?homme de sa vie. Une psychose qui a transformé la vie du Français en véritable cauchemar. Et qui pourrait lui coûter la vie.

D?abord, ce ne sont que des messages sur Facebook. Puis, une semaine plus tard, le début d?une traque. Alors que Guillaume rejoint le Rajasthan, Jiulia le poursuit. En retournant en France pour s?illustrer dans des festivals, le trentenaire va s?apercevoir qu?à chaque ville où il pose ses bagages, la ressortissante russe est présente. Cette chasse dure désormais depuis près de quatre ans.

« Je n?arrête pas de me demander lequel de nous deux mourra en premier »

Plus les années passent, plus Jiulia, 36 ans, devient insistante et agressive. En raison de son métier, Guillaume partage ses destinations sur les réseaux sociaux. Une aubaine pour la Russe, pour qui la traque est facilitée. Sur Internet, elle le harcèle, ajoute ses amis, crée de multiples faux comptes, lui envoie des centaines de mails. Et elle ne s?arrête pas là : elle contacte également ses proches, ment pour leur soutirer des renseignements.

La pathologie de la jeune femme empire. Alors que Guillaume séjourne au Rajasthan, Jiulia va jusqu?à fouiller ses poubelles, dans l [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles