Quatorze pièces spéciales seront exposées à la Cité de la dentelle de Calais pour défendre un artisanat d'art

Quatorze tenues qui ont traversé le temps et les époques, pour revenir sur l’histoire contemporaine de la dentelle. Dans une nouvelle exposition à voir dès que la situation sanitaire permettra la réouverture des musées, la Cité de la dentelle de Calais dans le Pas-de-Calais met à l’honneur toute la technicité et la créativité que requiert ce savoir-faire ancestral, véritable patrimoine régional.Un parcours initiatique au cœur de la dentelle est alors proposé. "C’est un voyage qui démarre au tout début du XIXe siècle, au moment de l’invention du premier métier à tisser le tulle, qui donne naissance ensuite à la dentelle mécanique, jusqu’à aujourd’hui. A travers quatorze silhouettes emblématiques de femmes, des muses qui ont représenté chacune de ces périodes importantes dans l’histoire de la dentelle", raconte Shazia Boucher, commissaire de l’exposition. De Juliette Récamier à Marylin Monroe Chaque tenue présentée est inspirée d’une icône de la mode, du spectacle ou de l'Histoire. Les observateurs reconnaîtront Madame Récamier, l’inévitable Marilyn et même Madonna. Des silhouettes conçues à partir des dentelles d’une des quatorze manufactures de Calais et de Caudry encore en activité en 2018. L’exposition représente donc l’occasion de mettre en valeur un savoir-faire bien français. Un atelier parisien spécialisé dans la création de tenues de scène et de haute couture a participé au projet en réalisant les pièces. "C’est un matériau qui permet de travailler pratiquement sans couture, c’est-à-dire de faire un vêtement et ensuite de recomposer le vêtement avec des morceaux de dentelle puis de déplacer les coutures à n’importe quel endroit. C’est un matériau magique", s’enthousiasme Claudine Lachaud, directrice de l’atelier Caraco. Une matière exceptionnelle et un artisanat qui a connu des difficultés. Dans le secteur de Calais, les dentelliers sont de plus en rares. Il n’en reste aujourd’hui plus qu’une petite dizaine. Un patrimoine que l’exposition désire défendre. "Il faut que l’on se renouvelle et qu’on véhicule une image différente de la dentelle. Ça fait partie des challenges du futur", estime Sébastien Bento Soares, directeur général Calais Dentelles. Se donner une image plus moderne, sans trahir un savoir-faire de 200 ans, pour que cette petite industrie régionale ait encore une portée internationale.