Pour Quatennens, Jadot se rend compte que Mélenchon "est le mieux placé" pour 2022

Robin Verner
·2 min de lecture
Adrien Quatennens, invité de
Adrien Quatennens, invité de

Dans le JDD publié ce dimanche, Yannick Jadot, figure d'Europe Ecologie-Les Verts, a dit son souhait de réunir "sous 15 jours" les cadres de la gauche pour discuter d'une éventuelle candidature commune à la prochaine présidentielle. Invité ce dimanche midi de notre émission BFM Politique, Adrien Quatennens, député France insoumise élu dans le Nord, s'est d'abord amusé de ce qui s'apparente selon lui à un revirement:

"J’observe d’abord non sans plaisir le renversement de situation s’agissant de Yannick Jadot. Au départ, pendant de longs mois, Yannick Jadot avait dit: 'Je veux en quelque sorte créer un espace entre Mélenchon et Macron'. Il y avait ces deux frontières et il était excluant." Il a appuyé: "Yannick Jadot a changé d’avis et il comprend qu’on peut difficilement se passer du candidat qui est le mieux placé."

Le parlementaire a par ailleurs confirmé la présence de sa formation politique à l'événement projeté par Yannick Jadot: "Nous irons évidemment à cette réunion." "Ce n’est pas nous qui allons bouder une réunion où on parle du programme alors que depuis des mois Jean-Luc Mélenchon propose la Fédération populaire pour qu’on se retrouve sur des bases claires, qu’à chaque fois qu’on édite une revue programmatique on l’envoie avec un courrier, qu'on propose des initiatives", a-t-il ajouté.

Un acte I d'abord?

Il a donné un exemple: "Comme le 7 avril où on propose à tout le monde de se retrouver pour un acte I au moins avant de parler de 2022 et candidatures, et résister à l’extrême droite. Est-ce qu'on peut se retrouver autour de ça?" "La discussion doit avoir lieu. Non seulement nous la souhaitons mais nous la sollicitons", a-t-il insisté. Joignant conciliation et tacle glissé, Adrien Quatennens a lancé:

"Alors je sais qu’il y a chez eux des gens qui n'ont pas l'ombre d'une virgule d'un programme, mais nous en avons un et le mettons sur la table et Jean-Luc Mélenchon ne dit pas: 'C’est à prendre ou à laisser'. Il l'a dit :'Jusqu’à l’été, la discussion programmatique est ouverte'."

Adrien Quatennens a toutefois fixé la limite de l'initiative de Yannick Jadot: "Mais la difficulté que je vois c’est que Yannick Jadot, il ne parle pas au nom des Verts, mais de son nom à lui! Les Verts sont engagés dans une primaire qui les amènera à septembre."

Article original publié sur BFMTV.com